Archive pour octobre, 2011

Quelques fondamentaux de la recherche sur des sites web: évaluer sa source d’information

Internet est une source incontournable de la recherche de l’information, parmi tant d’autres ( nous y reviendrons). Cependant, dans cet univers, on y trouve des informations bonnes, justes, authentiques et aussi dangereuses, non vérifiées, fausses. C’est fort de cela, qu’il faut toujours évaluer sa source d’information.

Interrogez vous donc sur le contenu:

- L’information a t-elle été mise à jour? Quels sont l’intérêt du site, son but, sa cible?

- Son information est-elle originale, justifiée, répondant à une démarche scientifique? Il est important de retenir que les travaux ayant trop de fautes sont peu fiables, par rapport à ceux ayant moins de fautes. Les documents au format pdf sont plus fiables que ceux au format word. Wikipédia, puisqu’il est interactif, est peu fiable…

Interrogez vous par ailleurs sur l’auteur ou les auteurs du site

- Qui est l’auteur, son domaine de compétence, sa notoriété, y a t-il des éléments permettant de l’identifier?

- De même la collectivité, l’organisme ou l’institution est elle connue?

Mentionnez toujours vos références bibliographiques, suivant des normes  et faites l’effort de croiser les informations, multipliez les sources d’information. Saviez vous que la plupart ou tous les sites ne sont pas neutres? Ils véhiculent toujours une idéologie qu’il faut connaître pour utiliser et comprendre  au mieux leurs informations.

Arnaud Noël FOSSO
A bientôt…

Le Cameroun comprend progressivement le rôle de l’information et la nécessité d’intégrer les professionnels de l’ information documentaire dans l’administration.

Cette affirmation s’est encore vérifiée récemment. En effet, dans la vague du recrutement de 25000 diplômés dans la Fonction Publique, le gouvernement n’a pas oublié les professionnels de l’information documentaire. Ils sont au total 18 présélectionnés en qualité de bibliothécaires contractuels ( cf, communiqué Numéro 097/CCS/CTRS du 20 octobre 2011) et 70 présélectionnés  en qualité d’archivistes et documentalistes contractuels (cf communiqué numéro 096/CCS/CTRS du 20 octobre 2011). Le numéro 9954/6155 du quotidien Cameroon Tribune du lundi 24 octobre 2011 fournit d’ailleurs la liste des présélectionnés. Même si des erreurs  sont constatées dans la spécialité desdits candidats, dues sûrement à la non compréhension des divergences et des similitudes des parcours documentation, bibliothéconomie, information documentaire, archivistique, records management, on peut quand même se féliciter de cette avancée.

Vivement que cette initiative puisse continuer afin que nos administrations publiques puissent être capables de capitaliser leurs informations et leurs connaissances pour le développement du Cameroun. Mais, comme on dit vulgairement, le « Cameroun, c’est le Cameroun ».  La transparence qu’ accompagne la bonne gestion de l’information (documentaire) ne gênerait-elle pas le profit personnel et le » gombo » des administrateurs corrompus et voleurs de fonds publics?

cassandr26 |
bachconseil |
Fan des sims 2 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Espace des Technologies de ...
| cookone
| BUILDING CONCEPT