Archive pour avril, 2012

Offre d’emploi : Assistant en documentation juridique – Banque africaine de développement

Objectifs

Le titulaire du poste apportera son appui aux conseils juridiques de la Division des Opérations du Secteur Privé (GECL 2) de la Banque en matière de revue, préparation, rédaction et classement (tant électronique que physique) d’une série de documents juridiques standards et non standards dans les deux langues de travail de la Banque. Le titulaire du poste devra également assister les conseils juridiques dans les recherches juridiques basiques et accomplir d’autres tâches juridiques ou administratives en soutien des conseils juridiques dans l’exercice de leurs fonctions. Critères de sélection Notamment compétences, connaissances et expérience souhaitables * Avoir au moins une Licence en droit ou un diplôme équivalent ; * Avoir au minimum cinq (5) ans d’expérience pertinente et pratique, incluant deux (2) ans dans l’environnement professionnel juridique ; * De bonnes qualités en recherche juridique et une bonne connaissance des outils de recherche juridiques tels que LexisNexis, Westlaw, etc ; * Sens élevé du service aux clients, bonne capacité d’organisation, aptitude à exécuter des tâches variées, à prêter attention aux détails ; * Discrétion et aptitude à maintenir le plus haut degré de confidentialité ; * Excellente aptitude à communiquer oralement et par écrit en anglais et/ou en français ; * De bonnes connaissances en traitement de textes sont vivement souhaitées, ainsi qu’un sens élevé de l’initiative, enthousiasme, esprit d’équipe, aptitude en matière organisationnelle et interpersonnelle ; * Parfaite maîtrise de l’utilisation des logiciels courants de la Banque (SAP, Microsoft Word, Access, Power Point) y compris une excellente maîtrise de SAP et Excel. Seul(e)s les candidat(e)s qui auront satisfait à toutes les exigences du poste et qui auront été retenu(e)s pour les entretiens seront contacté(e)s. Seuls les dossiers de candidature enregistrés en ligne sur http://www.afdb.org/fr/careers/ avec un curriculum vitae (CV) complet joint seront examinés.

Concours de conception des méthodes d’enseignement de la compétence informationnelle

Conception des méthodes d’enseignement de la compétence informationnelle

Concours
30.04.2012
12h00 Date limite
Goethe-Institut
22 21 44 09
Concours de conception des méthodes d'enseignement de la compétence informationnelle  dans Annonces et Infos mailinfo@yaounde.goethe.org

Conception des méthodes d’enseignement de la compétence informationnelle

La compétence informationnelle constitue de nos jours une qualification-clé. Elle donne à chacun de nous la possibilité de traiter des informations de manière plus efficace et avec plus de responsabilité.
La compétence informationnelle peut être enseignée et apprise. Les élèves et étudiants dotés d’une compétence informationnelle ont habituellement plus de succès dans leurs études et en dehors.
Pour enseigner la compétence informationnelle, il est primordial de développer des méthodes appropriées. Celles-ci  peuvent s’adresser soit directement aux élèves et étudiants, soit aux enseignants, bibliothécaires ainsi qu’à d’autres communicateurs.
Le Goethe-Institut, à travers de cet appel d’offre, cherche à encourager et à soutenir l’élaboration des méthodes d’enseignement d’une plus grande compétence informationnelle au Cameroun. Au total, 20 propositions seront sélectionnées, soutenues et primées par une somme forfaitaire respective de 50.000 FCFA.

Les conditions suivantes seront appliquées:

  • Les matériaux à élaborer peuvent être présentés en toute forme à condition qu’ils se prêtent à l’enseignement des standards de la compétence informationnelle. Ainsi par exemple, des fiches didactiques, des affiches, des fichiers audiovisuels, des offres interactives sur le Web,  des aides mémoires individuelles etc.
  • Les matériaux peuvent être adressés directement aux élèves et étudiants ou alors aux communicateurs que sont les enseignants des écoles et universités mais aussi les bibliothécaires parmi d’autres.
  • Les matériaux à élaborer doivent tenir compte des réalités et conditions locales de la communication et de l’information au Cameroun.  Parmi ces réalités, on pourrait citer, par exemple, la dominance de l’oralité dans la communication des informations, des systèmes scolaires et des bibliothèques souvent déficitaires et aussi l’enseignement dans des classes pléthoriques etc.
  • Les matériaux à élaborer doivent être conçus de tel manière que le public cible puissent les utiliser avec facilité et ils devront correspondre, en même temps, à une esthétique qui invite à s’en servir.
  • Les matériaux doivent être mis à la disposition sous une licence « Creative Commons » (www.creativecommons.org) sans être soumis au droit d’auteur ou d’autres exigences d’un droit d’utilisation des tiers éventuels.
  • Les propositions des projets, résumés, scripts etc. doivent être envoyées jusqu’au 30.4.2012, à 12h et adressées au Goethe-Institut, Cameroun,  département de l’Information et Bibliothèque, BP 1067 Yaoundé, info@yaounde.goethe.org. La date de réception sera prise en compte.
  • Les propositions à promouvoir par le Goethe-Institut seront sélectionnées dans une procédure de peer review donnant la possibilité de traiter les propositions ainsi que les expertises de manière anonyme. Toutes les personnes ayant soumis une proposition seront informées sur le résultat de la procédure.
  • Les matériaux des propositions sélectionnés pour une promotion doivent être envoyés au Goethe-Institut jusqu’au 1.6.2012.
  • En ce qui concerne tout produit imprimé, il en suffira la remise d’une maquette numérique et modifiable.
  • Le paiement du montant fixé de promotion se fera après la réception des matériaux et à condition que les déclarations faites lors de la conception soient respectées.

Recommandation
Il est recommandé de se familiariser de manière profonde avec le concept et les standards d’une compétence informationnelle. C’est dans cette perspective que le Goethe-Institut Cameroun à publié une liste de liens à consulter sur son site Web.

Source: http://www.goethe.de/ins/cm/yao/fr8918557v.htm

A quand un organe ou une agence d’Intelligence Economique au Cameroun?

Samedi dernier 21 avril 2012, nous avons eu l’occasion de rencontrer un professionnel de l’Intelligence Économique au Cameroun; vous savez, c’est l’un de nos pôles de compétence . Pendant presque deux heures d’horloge, nous avons échangé sur le sujet.

La problématique de la constitution d’un corps, mieux d’un organe devant rassembler tous les professionnels camerounais du domaine en vue de leur reconnaissance par l’État s’est posée.

Au sein de ces professionnels, tous ne regardent pas dans la même direction (problème de leadership?). Pourtant, il est question de se réunir et de travailler en synergie. Des associations telles que l’ADBACAM (Association des Bibliothécaires, Archivistes, Documentalistes, et Muséographes du Cameroun), la PRESDIE (Programme de Recherche sur les Stratégies de Développement et en Intelligence Économique) ont tout leur rôle à jouer pour cette union sacrée.

D’autre part, l’État dans sa perspective de voir l’économie de notre pays décoller et nos entreprises tenir tête aux compagnies et multinationales étrangères, devrait résolument intégrer dans sa politique économique  » la recherche, l’analyse et la diffusion de l’information aux fins de protection du patrimoine économique, de sa valorisation et de son optimisation au service de la croissance économique et du bien être social », pour parler comme Lucien NTAMAG.

Nous nous  joignons ainsi à tous les professionnels et amateurs de l’Intelligence Économique Camerounaise pour dire que l’État devrait placer ce domaine porteur au centre des grandes ambitions. En effet, l’anticipation, la compétitivité de notre économie passent  par la recherche, l’analyse de l’information stratégique pour la prise de BONNES décisions.

Vivement que le Cameroun puisse avoir un organe ou une agence nationale d’Intelligence Économique, comme le soulignait encore le Consultant Lucien NTAMAG dans son article intitulé:  » L’ Intelligence Économique et les politiques publiques: le cas de l’emploi au Cameroun », publié le 19 avril 2012 dans journalducameroun.com (lien: http://www.journalducameroun.com/article.php?aid=11138). Certes, apprend-on,  cela ne tardera pas à venir. Mais on sait qu’au Cameroun, il y’a un grand fossé entre le discours et l’action.

 

 

 

Découvrez le top 20 des outils dédiés au Learning

  1. Twitter : ce site de micro-blogging se classe au 1er rang depuis 2009. Il permet une communication rapide, permanente avec vos stagiaires lors d’inter-session pour rester en contact ou en live pour réagir lors d’une conférence par exemple.
  2. Youtube : l’explosion des smartphones permet à tous de tourner des vidéos et de les publier en ligne en quelques clics sur des plateformes type Youtube. Un formateur peut construire une chaine dédiée pour partager des vidéos mise en ligne ou découverte sur le web avec ses stagiaires.
  3. Googledocs : c’est un ensemble d’outils qui permet de construire des extranets, de mettre en ligne des blogs facilement. Un site google docs sera également directement compatible avec une tablette tactile type iPad. Pour les formateurs les plus avancés, vous pourrez même mettre en oeuvre des wikis avec vos groupes en formation.
  4. Skype : garder le contact après un stage ou organiser des visio-formations est très facile avec cet outil qui intègre également une messagerie instantanée et des fonctionnalités de téléphone en voix sur IP.
  5. WordPress : c’est un des systèmes de publication de Blog les plus populaires, c’est un véritable CMS (Content Management System) gratuit qui se maitrise en quelques heures pour des rendus très professionnels.
  6. Dropbox : cet outil se démocratise depuis la forte communication autour des systèmes de cloud, il permet de partager des fichiers avec d’autres personnes en se partageant un disque virtuel distant (l’offre gratuite est de 5 Go).
  7. Prezi : son classement 2010 était 13ème, la progression est due à l’alternative apportée au (trop) traditionnel power-point. C’est pour moi un superbe outil de « story telling » qui emporte l’auditoire en synchronisant effet visuel et points forts du discours.
  8. Moodle : c’est une proposition de LMS (Learning Management System) gratuit qui renforce la présence de cet outil dans des administrations et dans l’éducation.
  9. Slideshare : utiliser ce site web pour partager avec le plus grand nombre une présentation power-point qui pourra recevoir des commentaires.
  10. (Edu)Glogster : cet outil est très connu dans le monde éducatif anglo-saxon, il permet une « expression création des compétences et connaissances » au travers de poster multimédia online.
  11. Wikipedia : on ne présente plus cette encyclopédie collaborative gratuite, le temps de la polémique sur les nombreuses erreurs de wikipedia est révolue : c’est désormais un outil de référence à utiliser en formation.
  12. Blogger : c’est la même finalité que WordPress mais dans le monde Google.
  13. Diigo : cet outil a pour ambition de mettre en avant des pages web que vous trouvez et en les partageant avec d’autres utilisateurs : c’est l’annotation sociale.
  14. Facebook : c’est le site web social par excellence, nous l’avons utilisé par exemple pour garder le contact au sein d’une promo dispersée dans le monde après une formation à Paris.
  15. Google search : outil de recherche le plus populaire du web.
  16. Google reader : la lecture des flux RSS est son domaine, vous construisez ainsi un mur avec tous vos flux d’informations (exemple : veille thématique).
  17. Evernote : que vous l’utilisiez sur ordi, smartphone ou tablettes ; l’objectif est de capturer/écrire une information puis de la rendre accessible à tout instant.
  18. Jing : outil de « screencastin g » ou de captures d’écrans pour un partage rapide avec un groupe.
  19. Power-point : ce logiciel de microsoft est devenu une extension de l’être humain en entreprise, du formateur en stage … bien utilisé, il renforce la pédagogie.
  20. Gmail : cet outil mail est un vrai « 4×4 », c’est une solution robuste qui permet par exemple d’avoir ses messages sur une tablette en formation.                                                                           Source: http://www.formation-professionnelle.fr

Critères de qualité des produits documentaires: le dossier documentaire

Définition

On parle de dossier documentaire en faisant référence à  un produit documentaire constitué d’un ensemble de documents de sources diverses, choisis et réunis sur une question donnée, et organisé de façon à faciliter l’accès à l’information
rassemblée. Les éléments qui le composent peuvent être de nature et de support très
variés : photographies, articles de revues, brochures, etc. Il peut donner lieu à des mises
à jour régulières au fur et à mesure de la parution de nouvelles informations ; sa durée de
vie est limitée dans le temps. Il peut être constitué ponctuellement à la demande ou
systématiquement sur des thèmes précis. Un dossier documentaire peut être sur support
papier ou électronique.

Critères de qualité pour le dossier sur support papier
Contexte de réalisation
- Méthode
- Problématique
- Critères de sélection des documents
- Objectif(s)
- Public(s)
- Partenaires
- Identification du producteur du document
Identification des sources
- Titre
- Date
- Identification du producteur de l’information
Forme du document
- Sommaire
- Pagination
Accessibilité
- Identification des sources
- Localisation des documents
- Possibilité d’inscription/désinscription
Fiabilité
- Identification des sources

Produit documentaire constitué d’un ensemble de documents de sources diverses, choisis
et réunis sur une question donnée, et organisé de façon à faciliter l’accès à l’information
rassemblée. Les éléments qui le composent peuvent être de nature et de support très
variés : photographies, articles de revues, brochures, etc. Il peut donner lieu à des mises
à jour régulières au fur et à mesure de la parution de nouvelles informations ; sa durée de
vie est limitée dans le temps. Il peut être constitué ponctuellement à la demande ou
systématiquement sur des thèmes précis. Un dossier documentaire peut être sur support
papier ou électronique.

Critères de qualité pour le dossier sur support électronique

Contexte de réalisation
- Méthode
- Problématique
- Critères de sélection des documents
- Objectif(s)
- Public(s)
- Partenaires
- Identification du producteur du document
Identification des sources
- Titre
- Date
Forme du document
- Sommaire
- Pagination
Accessibilité
- Identification des sources
Fiabilité
- Identification des sources
- Mise à jour

Source: http://www.fnes.fr/ressources_documentaires/boite_a_outils/pdf/agreger_valoriser_ressources.pdf

Infos: Formation à la recherche en ligne et l’accès à l’IST

Le Campus Numérique Francophone de Yaoundé organisera du 28 au 01 juin 2012 une session de l’atelier 2.0 « Maîtrise des outils d’accès à la documentation scientifique en ligne ».

Les inscriptions se font en ligne, à l’adresse: http://www.transfer-tic.org/rubrique9.html?idProgramme=1325

Taris étudiant: 10 000F CFA

Infos: formation à l’usage du logiciel documentaire PMB

Le Campus Numérique Francophone de Yaoundé offrira une session de formation à l’usage du logiciel documentaire PMB, qui se tiendra du 21 au 25 mai 2012

Les inscriptions se font uniquement en ligne, à l’adresse: http://www.transfer-tic.org/rubrique9.html?idProgramme=1326

Date limite d’inscription, le 06 mai 2012

- Frais d’inscription
. Personnels universitaires : 20 000 FCFA
. Personnels Pouvoir Publics/ONG : 60 000 FCFA
. Personnels d’entreprises : 100 000 FCFA

Savoir combien de fois un lien est partagé sur Facebook

Petite astuce dans le cadre d’un retour de stratégie digitale pour savoir combien de fois une URL est partagée sur Facebook :

Il suffit de rajouter l’url complète (avec le http://) du site après :

https://graph.facebook.com/?ids=

Si par exemple le site est celui de Peugeot cela donne :

{
“http://www.peugeot.com”: {
“id”: “http://www.peugeot.com”, “shares”: 169 }

}

A noter que l’interprétation ne prend en compte que le lien spécifié et non toutes les pages du même domaine.

Source:http://greyhat.over-blog.com/article-savoir-combien-de-fois-une-url-est-partagee-sur-facebook-89603143.html

Relisez l’ Interview de M. steve William AZEUMO face a un risque d’assimilation erroné de l’IE aux pratiques d’investigation economique.

Interview accordé à un groupe d\’étudiant le 05/04/2012 !

Source: http://presdie.org/content.php?id_article=52
« Etudiants : Merci d’accepter de nous éclairer sur le sujet
M.Azeumo :

Face à notre responsabilité d’une rigueur scientifique dans une démarche d’Intelligence Economique au Cameroun, l’objectif de cet interview c’est de rappeler exactement partout où besoin s’en faut ce qu’est l’intelligence Economique et ses priorités. S’il est vrai que nous sommes fier de voire que le sujet est davantage à l’ordre du jour dans les médias ; il n’en demeure pas moins vrai que tel que ce fut le cas, avec la France dans les années 1990 ; avant que le Rapport Martre ne vint définitivement  mettre de la discipline; il avait également failli être confondu à de l’investigation ou encore  à de la veille. (car tant est  que l’IE a pour ressource première l’information).
Etudiant: Qu’est ce que l’IE ?
M. Azeumo :

L’IE en plus simple c’est de l’industrialisation de l’information à caractère économique en vue de satisfaire les acteurs de l’économie. A la base donc on a une matière première qui est l’information sorti de l’investigation économique ou d’une démarche de veille ; Et après on a un processus de tranformation de cet information afin qu’elle devienne à la fin information stratégique pour décideurs ; et éviter qu’elle reste statique, improductive au niveau des centres d’informations.
Le Rapport Martre en Frabnce la définit comme étant :l’ensemble d’action coordonnées de recherche, traitement ; diffusion de l’information utile, en vue de satisfaire les acteurs de l’économie.

Etudiant : Quel est l’objectif de l’IE ?


M. Azeumo :  Pour le cas du Cameroun je parlerai de l’IEC (Intelligence Economique au Cameroun) ; car à chaque économie, une nouvelle facon de faire de l’Intelligence Economique ; c’est la raison pour laquelle , nous voulons mettre les Gardes fous ! afin que l’IEC ne soit pas apparenté dans une logique un peu plus facile à de l’investigation économique. NON et NON. L’IE a pour objectif d’appréhender une économie dans son contexte national ; régional ; et mondial ; et ainsi de lui fournir au travers de la veille économique(investigation économique), technologique, concurrentiel, juridique ; de part une  Analyse stratégique, un scan complet des éléments d’Influence-contre influence ; de lui fournir donc des informations stratégiques à temps réel qui lui permettrait de davantage être compétitive. C’est pourquoi on parle plus  en Anglais de Competitive Intelligence ; en vue de faire  ressortir le facteur de la compétitivité.  Les marques sont dans une bataille et là il faudrait faire attention.

Etudiant  : le PRESDIE (programme que vous coordonné : www.presdie.org  ) a publié récémment  un article sur les marques et vous disiez que l’Afrique est en voix de devenir un terrain favorable pour la bataille entre les marques. Y’a til une relation entre les deux ?

M.Azeumo:

C’est vrai ; dans un article publié  par le PRESDIE, nous parlions de la future entrée dans la bataille des marques. Et là où les outils de l’IE seraient une Aubaine pour davantage déceler les marques originales des marques contrefaites. Signalons  tout de même pour un pays qui n’a que très peu de marque nationales ; et dont la majorité des importations sont celles des marques étrangères ; l’IEC dans cette démarche là, aurait plusieurs conséquences.
1)    Utiliser l’IEC pour davantage imposer les marques étrangères sur le territoire Camerounais alors que l’IEC se voudrait développer les marques nationales pour les apporter à l’international. Dans mon livre l’IEC à paraître très bientôt : je souligne la grande difficulté à s’ouvrir sans recevoir des coups de l’interne car dans cet ouverture l’Interne et l’Externe ne sont pas facilement distinguables. D’où la confusion pourrait naitre. Et la seule solution à cela serait d’éviter des actions solitaires.
2)    Utiliser l’IEC pour donner un Champs de bataille propice et attiser davantage les querelles entre les marques étrangères.
3)    Risquer d’embourber l’IEC dans une confusion entre la Responsabilité de branding dans une Entreprise ; la lutte contre les produits contrefaits et les produits de contrebande (déjà mené par des experts analystes des renseignement et bien d’autres) . Cela car c’est l’information stratégique délivrer par des services d’Intelligence Economique qui permet en fait d’arriver à mettre la main sur ces contrebandes. Mais présenter cela comme évidence d’IE, serait mettre à mal l’information stratégique.
 Etudiant  : Quel est selon vous le geste le plus concret des pratiques d’IE au Cameroun

M.Azeumo:
Il y’a des démarches qui sont en cour depuis et nous apprécions ; le tout récent c’est le parfait exemple entre TRADEX et Camair-co ; voilà des cas palpables d’IE, pour cas pratiques. Nous ne pouvons déplorer que la dispersion des acteurs d’IE au Cameroun, sinon une enquête aurait fait ressorti très bien cette démarche entre TRADEX et Camair-co ; pour une plus grande mobilisation.

Etudiant : Quel est votre futur bataille


M. Azeumo :  Notre futur bataille est de mobiliser tous les acteurs et professionnels de l’IE au Cameroun ; afin de mettre de la discipline dans la profession au pays. Car une démarche scientifique a besoin de tous ces professionnels.

Etudiant : Merci pour ces éclaircissement, nous comprenons donc que l’IE n’est pas de la Veille ou investigation économique ; mais la Veille c’est la première étape dans une démarche d’IE.


M. Azeumo :

Soyez rassuré je me rendrais davantage disponible pour informer sur les bonnes pratiques d’IE ; sinon demain la fameuse controverse qui a touché l’Europe et qui a voulu assimilé l’IE à de l’Espionnage Industriel , risquerait de touché également l’Afrique, le Cameroun en particulier. »

Source: http://presdie.org/content.php?id_article=52

Google et le boom des bibliothèques numériques

Google et le boom des bibliothèques numériques

Google est de nouveau sous le feu des projecteurs, cette fois dans la bataille des bibliothèques numériques. 28 bibliothèques ont signé des partenariats avec Google, qui s’attaque aux livres francophones.

Adieu Gutenberg, bonjour le numérique ? L’omniprésence de l’Internet, le développement de nouveaux terminaux comme par exemple l’iPhone…conduisent à proposer au public une plus grande ouverture sur le livre.

Un des premiers acteurs à se lancer sur ce marché : Google ! Le géant américain a mis en œuvre dès 2005 un projet de numérisation de livres par le biais d’accords signés avec des bibliothèques.

Deux cas de figures existent. Les livres du domaine public (libres de droits) intégralement consultables sur Internet. Deuxième cas : les livres protégés par des droits d’auteurs. Pour ce dernier type d’ouvrages, l’internaute n’a accès qu’à de très brefs extraits. Au total, 27 bibliothèques ont déjà signé un partenariat avec Google. 21 Américaines dont parmi elles, certaines très prestigieuses : Oxford, Harvard… Une bibliothèque japonaise… Et six bibliothèques européennes dont deux francophones : la bibliothèque de Gand en Belgique et celle de Lausanne en Suisse où notre équipe s’est rendue.

Quelle est la politique de Google ? C’est avant tout une politique quantitative. « Google ne fait aucune sélection qualitative, aucun choix des livres qui sont scannés. C’est une logique de masse », nous explique Silvio Corsini, conservateur de la réserve précieuse à la bibliothèque de Lausanne. Résultat, aujourd’hui plus d’un million d’ouvrages sont accessibles sur le programme Google recherche livres. Objectif à terme du géant de l’Internet : constituer la plus grande bibliothèque virtuelle du monde !

Ce programme ne plaît pas à tous les éditeurs. Ils reprochent en effet au géant de l’Internet de pirater, au travers de partenariats avec les bibliothèques, des livres sous droits. C’est Hachette qui s’exprime dans notre reportage. La BNF (Bibliothèque nationale de France) opte pour une démarche différente et décide d’obtenir l’aval des maisons d’éditions.

Rappel des faits. Fin 2007, la BNF se lance dans l’aventure de la numérisation. Son objectif ? Numériser 100 000 ouvrages par an. Pour ce programme, la BNF conclut un accord avec le SNE (Syndicat National de l’Edition) sur le choix du modèle économique et juridique des ouvrages soumis aux droits d’auteurs. Aujourd’hui, elle dispose donc d’une plateforme commerciale pour les livres sous droits.

Autre problème, la clause d’exclusivité exigée par Google. Sur notre plateau, François Bourdoncle, co-fondateur d’Exalead, un moteur de recherche concurrent de Google. « Que Google demande l’exclusivité me semble totalement abusif », regrette-t-il. C’est d’ailleurs sur ce point que résident les principales craintes de ce programme. La BNF a refusé cette clause d’exclusivité. « Lorsqu’un livre est numérisé, lorsque nous le mettons en ligne, il se retrouve accessible à tous les moteurs de recherche », souligne Arnaud Beaufort, directeur des services et réseaux de la BNF.

Au-delà des questions de droits d’auteurs et de clauses d’exclusivité, la principale inconnue réside dans les techniques qui permettront cette numérisation en masse. Un pari d’autant plus difficile que les ouvrages sont souvent fragiles. Direction Chartres, dans le centre de la France. Dotée d’une technologie de pointe, Safig s’occupe de la numérisation des livres pour la BNF. Un contrat d’environ 25 millions d’euros. En France, aujourd’hui, on assiste donc à l’émergence d’une nouvelle technologie, celle de la numérisation de masse.

L’ère du tout numérique sonne-t-il donc la fin du livre imprimé ? Avec « l’initiative de Google, le passage des bibliothèques à l’ère numérique se trouvent accélérer », précise Bruno Racine, le président de la BNF …et d’ajouter : « les cultures qui ne s’adapteront pas se trouveront marginalisées. » Prochaine étape pour la BNF ? La bibliothèque numérique européenne. Le projet commence à prendre forme. Rendez-vous donc, normalement, au deuxième semestre 2008, pour ce qui pourrait être le plus sérieux concurrent de Google.

cassandr26 |
bachconseil |
Fan des sims 2 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Espace des Technologies de ...
| cookone
| BUILDING CONCEPT