Archive pour juillet, 2012

L’ABADCAM a désormais un nouveau Bureau

(Veuillez cliquer ici pour avoir l’ « article L’ABADCAM a désormais son nouveau Bureau » avec photos des candidats, du président sortant, du nouveau Bureau et du Reporter).

Samedi dernier 28 juillet 2012 a été marqué au sein de l’ABADCAM (Association des Bibliothécaires, Archivistes et Documentalistes du Cameroun) par l’élection des nouveaux membres de son Bureau. L’événement a eu pour cadre l’amphithéâtre de l’Ecole Nationale d’Administration et de Magistrature (ENAM) du Cameroun.

Trois listes s’affrontaient et sept postes étaient à pouvoir : Président, Vice-président, Secrétaire Général, Secrétaire Général-Adjoint, Trésorier Général, Trésorier Général-Adjoint et Commissaire aux comptes.

LES TETES DE LISTE :

Liste 1 : Monsieur Alim GARGA

Liste 2 : Monsieur NGOTOBO NGOTOBO

Liste 3 : Dr  Janvier Victor BIKAI-NUYNAÏ

Après moult tractations sur les modalités des élections,  sur le statut des électeurs et des membres éligibles, les différents candidats se sont accordés sur le principe des élections.

Pendant une vingtaine de minutes, les échanges entre les candidats et le public ont permis à chaque candidat d’exposer sa vision de l’ABADCAM à travers une campagne électorale.

Au terme du vote, la liste 1 de Monsieur Alim GARGA l’emporte avec 12 voix sur 27 possibles.

La liste 2 de Monsieur NGOTOBO NGOTOBO se tire avec  9 voix sur 27 possibles.

Enfin la liste du Dr  Janvier Victor BIKAI-NUYNAÏ obtient  5 voix sur 27 possibles.

Nous retenons désormais la constitution du nouveau Bureau, qui devra présider aux destinées de l’ABADCAM durant les deux prochaines années :

 

  • Ø Président : Alim GARGA, en service à l’Assemblée Nationale du Cameroun
  • Ø Vice-président : Rose Mary TSAFACK, venant de Buea, zone anglophone du Cameroun
  • Ø Secrétaire Général : Michel GEUCHOUN de la Bibliothèque universitaire de Yaoundé 1
  • Ø Secrétaire Général-Adjoint : Claude TANKEU
  • Ø Trésorière Générale : Bernadette TCHAKOUANI du Ministère de la Culture
  • Ø Trésorier Général-Adjoint : EDNA MAH
  • Ø Commissaire aux Comptes : ANGUISSA Martin.

Monsieur Alim GARGA dans son premier discours entend que président de l’ABADCAM se veut rassembleur. Il entend travailler avec tout le monde afin de continuer le travail de son prédécesseur Jérôme NDJOCK, qui aura dirigé ladite association pendant quatre ans (deux mandats).

Bien plus, il a insisté sur le pôle universitaire pour une meilleure formation des étudiants des métiers de l’information-documentation. Il veut également  porter l’association sur tout le territoire national et sur le plan international.

(NB : contactez-nous pour suivre  l’intégralité de son discours en vidéo).

L’on aura tout de même noté l’absence du représentant du ministère de la culture et l’effectif réduit des professionnels de l’information documentaire. Cela pourrait-il être dû au déficit de communication autour de cette élection cruciale ou encore à un manque d’engouement de la part de ces professionnels ?

(Veuillez cliquer ici pour avoir l’ « article L’ABADCAM a désormais son nouveau Bureau » avec photos des candidats, du président sortant, du nouveau Bureau et du reporter).

                                                                                                                                                  Par Arnaud Noël FOSSO,

Documentaliste Généraliste, Veilleur Stratégique

Brève: L’ABADCAM tiendra sa réunion demain 28 juillet 2012 à 11 h à l’amphi de l’ENAM

L’ASSOCIATION DES BIBLIOTHÉCAIRES, ARCHIVISTES, DOCUMENTALISTES, ET MUSÉOGRAPHES DU CAMEROUN (ABADCAM) tiendra sa réunion demain samedi 28 juillet 2012 à 11 heures à l’amphi de l’Ecole Nationale d’Administration et de Magistrature (ENAM).D’autres détails vous seront donnés ultérieurement.
Venez nombreux!

Le Cameroun célèbre la 147ème Journée Mondiale des Télécommunications et de la Société de l’Information 2012.

Ce 25 juillet au Cameroun est marqué par la célébration de la 147ème Journée Mondiale des Télécommunications et de la Société de l’Information 2012 sur le thème:“Les femmes et les jeunes filles dans le secteur des TIC” .

Précisons le, la Journée mondiale des télécommunications et de la société de l’information (JMTSI) est célébrée chaque 17 mai dans le monde entier. Cependant, chaque pays peut trouver une autre date pour cela.

Grâce à cette journée, le grand public est davantage ouvert aux perspectives qu’offre l’utilisation de l’Internet et des technologies de l’information et de la communication (TIC) dans les domaines économique et social, ainsi qu’aux moyens de réduire la fracture numérique. Les TIC, reconnaissons le, sont devenues incontournables dans tous les secteurs de la vie.

A cette occasion, les manifestations ont lieu à l’Ecole Nationale Supérieure des Postes et Télécommunications de Yaoundé. Il y est prévu un renforcement des capacités de la jeune fille et de la femme à l’usage des TICs. Le Ministre des Postes et Télécommunications,  est  accompagné par ses homologues  de la Jeunesse et de l’éducation civique,  de la Promotion de la Femme et de la Famille et  des Affaires Sociales.

 

 

 

Soutenance à l’IRIC de Monsieur LEMOGO Jerry Laurence sur le thème:« TIC, agriculture et révolution verte en Afrique : le cas du Cameroun»

Télécharger la version word de l’ »ARTICLE MEMOIRE LEMEGO JERRY » +PHOTOS en cliquant sur ce lien.

Vendredi dernier 20 juillet 2012 à l’Institut des Relations Internationales du Cameroun (IRIC) a eu lieu la soutenance  de Monsieur  LEMOGO Jerry Laurence, étudiant en Master 2, filière Communication et Action Publique Internationale (2èmepromotion CAPI) sur le thème : « TIC, agriculture et révolution verte enAfrique : le cas du Cameroun». Les travaux du candidat ont été
coordonnés par le Dr EWANGUE Mireille et supervisés par le Pr Jean Emmanuel PONDI.

Le candidat a soutenu devant un jury constitué comme suit :

-   Président : Pr BOOH BATENG, Maître de conférence ;

-  Rapporteur : Dr EWANGUE Mireille, Chargé de cours ;

- Membre : Pr ABOLO MBITA, Maître de conférence.

Il est 14heures, lorsque les membres du jury font leur entrée dans la salle de soutenance.

Pendant une dizaine de minutes, le candidat  s’évertuera à rappeler le sujet, l’objet, la méthodologie et l’intérêt de son étude.

Le mémoire de 142 pages a été organisé en deux parties.

Dans une première partie, le soutenant à parlé de la politique agricole du Cameroun et le processus d’émergence des TIC dans la stratégie nationale  de développement.
Dans une deuxième partie,  il s’agissait de voir l’impact relatif des TIC dans le développement du monde agricole au Cameroun.

Il a insisté sur le fait qu’il est nécessaire de mettre sur pied un dispositif informationnel pour les agriculteurs; ce qui passe nécessairement par l’usage des Technologies de l’Information et de la Communication. A l’ère du savoir, l’information, a-t-il argué en citant des auteurs tels que Heidi et Alvin TOFFLER, est la colonne vertébrale de toute entreprise qui aspire à la réussite et à la durabilité. Le développement d’une réelle cyberagriculture au Cameroun est avantageux.

 D’ailleurs, le candidat s’est étendu sur le cas de l’Organisation Non Gouvernementale SAILD (Service d’Appui aux Initiatives Locales de Développement) créé en 1988. Il a montré comment à travers leur programme « Allô Ingénieur », les paysannes et paysans ont pu progressivement accéder aux informations stratégiques, mieux aux informations opérationnelles par un simple appel téléphonique.

Le jury tout en félicitant le candidat pour sa rigueur dans la rédaction et dans la présentation de son travail, ont relevé certaines  limites sur le plan du fonds.

D’abord, le soutenant n’a pas pris en compte le contexte du Cameroun. Il a minimisé des préalables tels que l’électrification des milieux ruraux.

Ensuite, il a négligé ce que font les politiques publiques en matière de développement agricole au Cameroun. C’est fort de cela que le jury a estimé que plusieurs ONG ou organisations de la société civile sont souvent des réseaux de détournement et que certains facteurs limitant de l’implication des TIC dans le développement agricole sont à considérer.

Enfin, le candidat n’a pas développé certains aspects tels l’intérêt social de son travail.

Tout compte fait, le jury a validé ce travail en attribuant à Monsieur LEMOGO Jerry une note de 17,5/20.

C’est autour de 16 heures que le public, venu nombreux quitte la salle, satisfait des échanges.

Veuillez cliquer sur le lien: « ARTICLE MEMOIRE LEMEGO JERRY »: pour avoir la version word de la soutenance en images (photos du candidat, des membres du jury et du reporter)

 

Par    FOSSO Arnaud Noël

Documentaliste Généraliste et Veilleur Stratégique

Vie privée sur Internet

Le 21 décembre 2011, une loi contre la cybercriminalité  a été promulguée  par le  Président de la République du Cameroun. Cette loi venait ainsi affirmer la volonté de l’Etat à lutter contre la cybercriminalité. En effet, avec internet et les TIC,  le respect de l’intimité de la vie privée d’autrui n’est pas toujours dans l’ordre des choses. L’internaute doit ainsi prendre des précautions.

Pour lever un peu un pan de voile sur cette question et éclairer la lanterne de nos lecteurs, nous avons fait appel à notre correspondant ( ou encore consultant) CHEDJOU KAMDEM. Il nous donne des astuces pour préserver notre vie privée en ligne. Lisons plutôt.

« La navigation sur le réseau Internet aujourd’hui est devenue une habitude quotidienne dans toutes les couches sociales de la société, mieux c’est actuellement un mode de vie et aussi une façon de gagner aisément sa vie. De là, tout internaute qui se rend sur le web publie, reçoit et partage des informations au quotidien avec ses amis et avec des sites web (messagerie, réseau social, blog, etc.). La transmission de ces informations peut être sécurisée ou non. Dans le cas où c’est non, l’internaute va fouiller de récents softwares avec lesquels il pourra garantir sa sécurité et protéger la confidentialité de ses échanges sur le web. Ceci passe par divers astuces comme le firewall, l’antivirus, les logiciels de cryptage, etc.

Vie privée sur Internet dans Analyses & Réflexions & Prises de position 01952352-photo-vie-privee

Ici, ce qui va nous intéresser c’est la protection de vos informations personnelles sur le web, en d’autres termes la politique de confidentialité de chaque site web que vous visitez et où vous avez l’habitude de publier des informations. Cette politique de confidentialité que met en place chaque site web peut être définie come étant un ensemble de mesures et de règles qui permettent de limiter et de sécuriser l’utilisation de vos données personnelles qui sont contenus dans un site Internet. Il est important de prendre connaissance de la politique de confidentialité d’un site Web avant de fournir à ce site des informations personnelles.

 Cameroun dans TendancesPour solliciter la politique de confidentialité d’un site, cliquez sur le lien qui y renvoie, ce lien étant généralement situé tout en bas de la page d’accueil de chaque site. Si la politique de confidentialité n’est pas accessible au bas de la page, essayez la partie supérieure ou gauche de la page d’accueil (Sur le site de Facebook par exemple). Une fois ouvert la politique de confidentialité du site web sur lequel vous naviguez, elle doit pouvoir, et ceci de manière explicite, vous indiquer l’information sur vous qui est collectée, ce qui en est fait, les choix que vous avez quant à son utilisation, et la manière de mettre à jour cette information personnelle que le site détient.

Le problème de confidentialité des informations personnelles fournies par chaque internaute sur la toile est un sujet d’actualité, surtout pour les sites web qui connaissent une forte notoriété. Prenons le cas de Facebook. Ce site web est victime depuis un certain temps d’attaques en justice par des particuliers et par des groupes de personnes sur l’utilisation faite par le personnel de Facebook sur les données confidentielles des utilisateurs. En effet, parmi ces attaques, il y a la vente des informations personnelles de chaque internaute à des entreprises commerciales. Ceci est une vraie aubaine pour ces types d’entreprises qui pourront rapidement effectuer des fichiers de prospection auprès des internautes, sur votre compte (cas des publicités qui s’affichent lorsque vous êtes connecté) ou encore sur votre messagerie (cas des publicités intempestives encore appelées des spams).  Bien sur, la résolution de ces attaques relève du domaine judiciaire mais à notre niveau, certaines recommandations quant à la violation d’un de vos comptes sur le web peuvent être mises en pratique.

Parmi ces recommandations, on peut citer :

Le choix de votre mot de passe : éviter au maximum toute allusion à votre nom, prénom, date de naissance, numéro de téléphone, etc. Privilégiez des combinaisons longues avec des chiffres et de lettres, des noms quasi introuvables dans le dictionnaire mais faciles à prononcer.

  • Faites une mise à jour régulière de votre navigateur, système d’exploitation et de votre antivirus.
  • Sécurisez votre navigation à travers une modification des paramètres de votre compte. Lorsque vous avez une navigation sécurisée, un petit cadenas en jaune apparait en bas à droite de la fenêtre de votre navigateur web. Aussi, vous pouvez lors de l’entrée d’une URL dans la barre d’adresse tapez https:// suivi du site web au lieu de http://.
  • Lors de vos opérations d’achat sur un site web, outre la vérification du petit cadenas jaune dans la fenêtre de votre navigateur, assurez de lire la politique de confidentialité de ce site.

Malheureusement, le problème d’une navigation sécurisée n’est pas d’actualité en Afrique. Ce qui intéresse plutôt les internautes du continent, c’est le débit de connexion et la vitesse à laquelle l’on peut surfer. Aussi, la protection des informations sur Internet n’est pas encore une vraie préoccupation ici. Pourtant, avec le nombre sans cesse croissant des internautes africains sur les sites de messagerie et de réseaux sociaux, les entreprises locales risquent de se tourner progressivement vers ce marché en or proposé par des sites web avec des données personnelles qui vont servir à une meilleure  prospection auprès de ces internautes, d’autant plus que internautes africains on tune tendance à privilégier les sites web étrangers, ceci à cause de leur notoriété, mais bon là ça peut se comprendre, par contre en ce qui concerne Google, moteur de recherche,  la plupart des internautes ont pour habitude de taper l’adresse du site suivi de .com ou encore .fr, alors qu’ils sont en Afrique où il existe des extensions comme .cm pour le Cameroun ou encore .dz pour l’Algérie. »

Par CHEDJOU KAMDEM,  chroniqueur à KONGOSSA LIVE

Autre lien vers l’article: http://kongossalive.com/2011/08/17/vie-privee-sur-internet-la-ckhronik-de-la-semaine/.

Les réseaux sociaux et le partage de l’information: les chiffres qui parlent!

Avec l’avènement du Web 2.0, les canaux habituels de partage d’ informations ont muté. Révolue l’époque où pour accéder à une information, il fallait  avoir forcement une presse , un poste de télévision ou un poste radio…

A présent, il faut compter avec les réseaux sociaux: facebook, tweeter, flickr,  coopol, linkedln,viadeo,myspace, friendfeed, foursquare, gowalla.

En effet ces réseaux sociaux qui se définissent comme  des sites  internet permettant à l’internaute de s’inscrire et d’y créer une carte d’identité virtuelle appelée le plus souvent « profil », sont devenus incontournables pour le partage des informations; d’ailleurs, les chiffrent en fournissent la preuve.

Selon Reuters Institute, dans une étude publiée cette année: »Reuters Institute Digital Report 2012« ,(lien: http://reutersinstitute.politics.ox.ac.uk/publications/risj-digital-report.html)  et portant sur l’usage de ces réseaux sociaux dont facebook, nous avons les chiffres suivants:

  • Les smartphones et les tablettes numériques deviennent de plus en plus présents dans la consultation de contenus d’actualité en ligne, avec plus d’un quart des américains et anglais qui accèdent chaque semaine aux actualités via mobile, et 32% pour les danois.
  • En Angleterre, 13% des personnes utilisent les mobiles comme première et principale support d’information.
  • Les allemands continuent à s’accrocher aux médias traditionnels et au format papier.
  • Les jeunes ont tendance à faire plus confiance aux médias sociaux pour s’informer qu’aux médias classiques ou encore à la recherche en ligne. Les pratiques s’inversent chez les adultes et les seniors.
  • 20% des résidents en Angleterre découvrent les actualités via les médias sociaux.
  • 55% des liens d’actualités sont partagés grâce à Facebook.

Les réseaux sociaux et le partage de l'information: les chiffres qui parlent! dans Outils & Sources Capture-d%E2%80%99%C3%A9cran-2012-07-10-%C3%A0-21.26.16-300x159

Capture-d%E2%80%99%C3%A9cran-2012-07-10-%C3%A0-21.27.13-300x213 coopol dans Tendances

news-300x222 Digital Report 2012

NB: ces statistiques et diagrammes sont relayés par Aref JDEY dans son blog : » Demain la veille »,       

Lien: http://www.demainlaveille.fr/2012/07/11/facebook-joue-un-role-clef-dans-la-decouverte-et-le-partage-des-actualites/.

Sondage: Avez-vous déjà entendu parler de l’Intelligence Economique Camerounaise?

Avez-vous déjà entendu parler de l'Intelligence Economique Camerounaise?

Chargement ... Chargement ...

OFFRE D’EMPLOI pour Archivistes/Documentalistes

EXPRESS UNION recherche pour les besoins de ses services des Archivistes/Documentalistes qualifiés!

 

 

Les CV et lettre de motivation devront être envoyés par mail à l’adresse infos@expressunion.net ou Déposez

directement à la guérite de l’immeuble siège sis au carrefour ETOA MEKI

Contact 99 41 68 22 -22 20 32 80

Internet=web?

Nombreux sont ceux qui confondent encore la terminologie  du web. Ainsi, nous avons  mis en lumière deux termes populaires, pas toujours bien utilisés: »web » et « internet ». C’est l’objet de la correspondance que signe CHEDJOU KAMDEM.

Internet=web? Cette formule « mathématique » peut paraître banale à première vue mais il est très important de l’analyser de plus près. Beaucoup de personnes emploient les deux termes  le plus souvent pour désigner la même chose, à savoir un système de liens hypertextes qui nous offre des services divers et variés. Pourtant ces deux mots ne sont pas des synonymes. C’est une grave erreur que commettent le plus souvent les jeunes (ce qui est encore tolérable), mais lorsque cette erreur est perpétrée par des professionnels du métier, là on commence à se poser des questions sur leur maitrise du sujet.(…).

D’une part, le mot « Internet » est un système informatique qui regroupe l’ensemble des ordinateurs interconnectés entre eux. Ce système est basé sur le protocole IP et sur lequel s’appuient de nombreux services pour exister et fonctionner. Aussi, Internet permet la circulation des données entre les serveurs situés un peu partout sur la planète. Il faut noter ici que les serveurs représentent des infrastructures qui relient des ordinateurs entre eux, de ce fait, chaque serveur ici est un petit groupe d’ordinateurs interconnectés et c’est l’ensemble de ces serveurs qui forment l’immense réseau appelé Internet ;

D’autre part, le web représente en quelque sorte l’ensemble des services qui s’appuient sur Internet pour fonctionner. Parmi ces services, on peut distinguer la messagerie, la téléphonie, le partage de fichier, Email, etc. Pour pouvoir exister, le web a besoin inévitablement d’Internet. Le web, plus simplement représente l’ensemble des pages web reliées entre elles par des liens hypertextes, ce qui forme aussi un réseau semblable à Internet. Lorsque vous allumez votre machine et que celle-ci est connectée à d’autres ordinateurs, vous entrez alors dans le réseau Internet, mais pas automatiquement dans le web. Car, c’est lorsque vous commencez à faire appel à des pages web via votre navigateur que vous entrez dans le web.

Il apparait alors clairement que « Internet » est le réseau et le « web » un service qui utilise ce réseau.

Par   CHEDJOU KAMDEM

Community Manager et chroniqueur sur http://kongossalive.com

Autre lien vers l’article: http://kongossalive.com/2012/03/08/internetweb-la-ckhronik-de-la-semaine/

Quelques entreprises spécialisées en énergie solaire au Cameroun

A la demande de l’un de nos lecteurs, nous avons fait une recherche succincte pour avoir les informations sur  les entreprises spécialisées  en énergie solaire  au Cameroun, notamment dans la commercialisation des plaques solaires et éoliennes. Ceci est ainsi provisoire et peut être complété progressivement.

 

Entreprise 2L Technologies SARL

intégrateur des solutions; énergie solaire ( générateurs, éclairage fonctionnel, et décoratif, chauffage, pompage), électricité; sécurité électrique.
Tel. 33 42 15 75. 99 95 35 25
Site web: http://www.2ltechnologies.com/
email: contact2l@yahoo.fr

DISTEC SARL
Rue: Rue Joffre
B.P 2429
Douala Cameroun
Tél: +237 33 43 47 10 / 33 42 37 83
Fax: +237 33 43 47 10
Contact: BIKOUT François Fonction: DG
Email: Email

ENERGIE RENOUVELABLE DU CAMEROUN S.A
BP.4483
Yaoundé Cameroun
Tél: +237 22 69 98 64
Fax: +237 22 23 35 47
Contact: ALIMA MARIA ROSA
Email: Email

 

GROUPE HUMBERLEC ..
Rue: Rue Alvaro Ferreira Alves n°27.Z.I.Sta maria Pinhal
Lisbone Portugal
Tél: +(237) 22 65 81 65 / 75 71 1657
Fax: +(237) 2138 61268
Site internet
Contact: Alfredo JORGE Fonction: ADMINISTRATEUR
Email: Email

HOMELEX LTD SARL .
Rue: Akwa
B.P 15143
Douala Cameroun
Tél: +237 22 04 12 24
Fax: +237 33 42 69 15
Site internet
Contact: Berthe Julienne KELLE NYOUNG Fonction: Gérante
Email: Email

INSTRUMELEC CAMEROUN
B.P 8161
Douala Cameroun
Tél: +237 33 03 35 94
Fax: +237 33 43 70 38
Site internet
Contact: Alphonse BEDEL MILOL Fonction: DG
Email: Email

KRIBI POWER DEVELOPEMENT COMPANY
BP 4077
Yaoundé Cameroun
Contact: Francis SIMB NAG Fonction: Directeur Général

MICROPRISE SARL
Rue: Rue Sylavni
Akwa
BP 29 37
Douala Cameroun
Tél: +237 33 18 31 36 / 33 18 31 35
Fax: +237 33 42 39 12 / 22 20 74 09
Site internet
Contact: NGUE PAHA Pierre Fonction: Directeur Général
Email: Email

RIO TINTO ALCAN CAMEROUN.
Rue: Immeuble Standard Chartered Bank
Messa
BP. 25220
Yaoundé Cameroun
Tél: +237 22 23 38 12
Fax: +237 22 23 38 07
Site internet
Contact: César INOSTROZA Fonction: Directeur des Projets – Cameroun

 

10°

SAF – SOLAIR AFRIC SARL.
BP 14539
Yaoundé Cameroun
Tél: +237 22 31 39 12
Fax: +237 22 31 39 11
Contact: Siméon NOA Fonction: Directeur Général
Email: Email

11°

SCHNEIDER ELECTRIC CAMEROUN .
Rue: 166, rue de l’Hôtel de ville
B.P 12087
Douala Cameroun
Tél: +237 33 43 38 84
Site internet
Contact: Emile MOULOUNDOU Fonction: Directeur Général
Email: Email

12°

SOLAR CAMEROON
B.P 114
Douala Cameroun
Tél: +237 77 38 32 49
Contact: NKOMBA NJOH Daniel Fonction: Directeur
Email: Email

13°

SOOLARTEK.
BP 11160
Yaoundé Cameroun
Tél: Tél. +237 22 22 46 52
Site internet
Contact: Pierre NVESANMI Fonction: Responsable Administratif
Email: Email

14°

THE CATALYST GROUP
Rue: 20604 S. Amherst Court
Illinois – USA
Joliet USA
Tél: 815-723-3388
Fax: 815-723-3425
Site internet
Contact: Chris PANTUSO Fonction: Founder & CEO
Email: Email

15°

THERMOMECANIC ENERGY CAMEROON (TEC SARL).
Douala Cameroun
Tél: +237 33 42 14 07 / 99 65 44 93
Fax: +237 33 42 14 07
Site internet
Contact: Jacques Bruno NDANKEU Fonction: Directeur Général
Email: Email

16°

GENERAL ELECTRIC
B.P 12486
Yaoundé Cameroun
Site internet
Contact: Pamphile DJOFFON Fonction: S. MANAGER
Email: Email

 

Voilà quelques unes de ces entreprises. Bien vouloir les contacter pour précision d’informations.

Vous pouvez aussi  les compléter dans « commentaires ».

 

12

cassandr26 |
bachconseil |
Fan des sims 2 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Espace des Technologies de ...
| cookone
| BUILDING CONCEPT