Archive pour 30 janvier, 2013

World Universities Debating Championship Berlin 2013: Le Cameroun fait honneur à l’Afrique

Sortons un peu de la ligne éditoriale de ce blog pour parler de l’actualité du club débat et leadership du Cameroun. C’est une initiative que nous soutenons et que nous encourageons.

Des 40 finalistes de cette compétition, le Cameroun était le seul pays africain à avoir atteint la phase finale, et  ceci pour sa première  participation. Il tire son épingle du jeu en obtenant la troisième place en art oratoire mondial (world public speaking).

 

World Universities Debating Championship  Berlin 2013: Le Cameroun fait honneur à l’Afrique images-club-debat1image-2-club-debat-150x126 Berlin 2013

Qui aurait cru? Le débat structuré fait parler du Cameroun au delà de ses frontières. Après Zimbabwe 2011, c’était au tour de Berlin de recevoir la marque du Lion. Ils  étaient deux, SULEM YONG Ingrid Worty et AFOR Kenneth Ndage, tous étudiants à l’université de Dschang. Ils ont été  boursiers de la Open Society Foundation (OSF) comme beaucoup d’autres pays. Leur mission, défendre le tricolore national au championnat mondial de débat universitaire de Berlin en imposant le talent de jeunesse. Ces valeureux combattants n’ont pas failli à leur mission car Berlin retiendra à jamais leur passage. Désormais notre pays  occupe une place respectable dans ce domaine aussi bien sur le plan panafricain qu’international.  Il faut le rappeler, le départ de ces enfants prodiges  a été un véritable parcours du combattant. Ils ne seront jamais arrivés malgré la bourse, n’eut été le soutien de leur famille et l’organe tutélaire du débat structuré jusqu’ici peu connu, la Cameroon Debate Association. Une fois de plus le désintéressement de l’Etat s’est  manifesté. Même pas un geste de soutien, ni de la part de l’Etat camerounais ni  même des autorités universitaires de Dschang. Quelles en sont les motifs ? Bouche «B». De toutes les façons «on est habitué, c’est le Cameroun» disent certains.  Jusqu’à preuve de contraire, c’est un leurre de penser  à l’appui de  pareil initiative de la part de l’Etat Camerounais surtout pas dans un tel domaine où la critique constructive est le principe. Encore faut-il observer, il ne s’agit pas de football toujours accompagné d’interminables délégations  payés à prix de fortune  par les fonds du contribuable camerounais et dont la situation est celle qu’on connait. En tout cas, ne dit-on pas souvent que « lorsqu’une porte se ferme, une autre s’ouvre». Inversion de la tendance, football en bas, débat structuré en haut. Le débat structuré est le nouveau sport intellectuel, utile et indispensable, auquel le Cameroun doit s’arrimer. Il est là et fait son bonhomme de chemin, que ce soit à travers le secondaire ou dans les universités. Une alternative? Surement. Les autorités camerounaises  gagneront donc à saisir cette perche à temps afin de tirer profit de ce rythme d’envergure mondiale qu’apporte la jeunesse.

Un exploit à prix de sacrifice

Comment ont-ils pu atteindre la phase finale d’une compétition de cette envergure?

image-3-135x150 Cameroun

Ce résultat est le fruit de longues heures de travail dans ce qu’on  pourrait appeler ici le secteur informel de l’éducation comme le reconnais SULEM Ingrid : « Les débateurs indomptables que nous sommes avons diligemment reconnu les trésors inestimables d’agrandissement d’esprits, de renforcement des capacités, d’engagement vers le développement et tout ceci grâce à la Cameroon Debate Association par le canal du Club Débat & Leadership de l’université de Dschang».

 

 

 Cette organisation de la société civile se bat pour l’intégration du débat structuré dans le système éducatif camerounais malgré la modicité de ses moyens d’action. Heureusement, résultat témoigne et le Cameroun semble avoir le vent en poupe dans ce domaine. A-t-on toujours dit « la jeunesse camerounaise est l’une des plus dynamique du continent», nous voudrions bien rester sceptique sur l’assertion mais la réalité s’impose. Quel est  le pays qui négligerait un tel dynamisme surtout lorsqu’on est à la recherche de l’émergence? C’est une honte pour notre pays de savoir que les initiatives jeunes ne sont pas soutenues ou pis encore n’intéresse personne. La jeunesse camerounaise se donne corps et âme chaque jour qui passe pour le rayonnement de sa patrie ; et ce que l’Etat fait c’est de jouer à la sourde oreille. S’il est vrai  que l’on doit toujours se demander ce que nous avons fait pour notre pays, reconnaissons qu’il est de droit pour un individu de réclamer à la société autant qu’il donne à celle-ci. Le compte à rebours est lancé, que chacun prenne ses responsabilités selon les règles du contrat social. Nos dirigeants ont le choix entre mettre la main à la pâte ou attendre célébrer les trophées des citoyens obtenus à prix de sacrifice.

 

MICHEL TALLA (communicateur CDA)

cassandr26 |
bachconseil |
Fan des sims 2 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Espace des Technologies de ...
| cookone
| BUILDING CONCEPT