Archive pour novembre, 2013

Note d’infos: L’ABADCAM SERA AU SALON DU LIVRE DE YAOUNDE (SALYA)

Note d'infos: L'ABADCAM  SERA AU SALON DU LIVRE DE YAOUNDE (SALYA) dans Annonces et Infos

L’ABADCAM (ASSOCIATION DES BIBLIOTHÉCAIRES, ARCHIVISTES, DOCUMENTALISTES, ET MUSÉOGRAPHES DU CAMEROUN) prendra part  au tout premier Salon du livre de Yaoundé (SALYA) organisé du 05 au 07 décembre 2013, à la Centrale de Lecture Publique de Yaoundé par le Ministère des Arts et de la Culture sur  le thème: « Le livre: instrument de paix et de développement ».

 

La présence de l’association à son Rendez-vous visera notamment à se valoriser, à faire connaitre les métiers de l’Information Documentaire et  ses activités. Entre-autres activités:

-  Le  projet BSLA (Building Strong Library Associations) de l’International Federation of Library Associations and Institutions (IFLA) 2010-2012. Ce projet a en effet abouti à la réorganisation du plan stratégique de l’ABADCAM, à une nouvelle équipe, à l’amélioration des relations avec la tutelle technique (Ministère des Arts et de la Culture). Cette tutelle qui implique davantage l’ABADCAM dans ses activités.

    –   La 1ere journée d’information de l’ABADCAM présidée par le SG du MiNAC  en novembre 2012;   -

          -     Sur le plan international, la participation du Cameroun à l’African Library Summit en Afrique du Sud  ayant connu la présence de 30 jeunes leaders africains  parmi lesquels YENGONG NCHANJI YVONNE (Documentation Center for Rural Development (CDDR);

   -   Le sommet de l’IFLA  d’ août dernier à Singapour ;

                -Le sommet régional prévu en février 2014 au Ghana. L’IFLA veut en effet changer d’orientation afin de travailler au niveau régional.

       La conférence sur l’accès aux ressources électroniques en début 2014 en partenariat avec l’Institut Goethe du Cameroun ;

  -Le sommet de l’IFLA 2014 en France.

A ce salon, seront prévus des exemplaires de statuts (cliquer ici pour télécharger les documents stratégiques) et de fiches d’adhésion pour l’inscription(Cliquer ici pour s’inscrire en ligne) de nouveaux membres.

 

 

 

Pourquoi l’intelligence économique doit se mettre au numérique ?

LE CERCLE. L’intelligence économique n’échappe pas à la règle de la transformation numérique. Les trois piliers du domaine, que sont la veille, l’influence et la protection du patrimoine doivent se réinventer.

Pourquoi l'intelligence économique doit se mettre au numérique ?  dans Analyses & Réflexions & Prises de position cdemontalivet-petite-photo Écrit par Camille Masson de Montalivet

« C’est tout un domaine qui doit s’adapter. À l’instar de la stratégie d’une entreprise, l’intelligence économique doit prendre en compte la révolution numérique, adapter ses méthodes, transposer ses théories, et unifier ses pratiques. Comme l’indiquait Jean-François Pépin dans son billet consacré à l’intelligence économique face au défi du numérique, « Le numérique s’insère au cœur des métiers de l’entreprise ». Et l’impact du numérique sur les trois piliers de l’intelligence économique est réel : les équipes doivent intégrer le numérique au coeur de leurs missions, comme le font le marketing, le commerce ou la communication.

La veille, pilier nourri par le numérique

La veille, et principalement la recherche d’informations, est sans aucun doute le premier élément à se transformer avec l’arrivée des nouvelles technologies de l’information et les réseaux sociaux. Accessibles à une majorité au sein de l’entreprise, les salariés sont aptes à veiller eux-mêmes leur environnement. La veille est ainsi décloisonnée. Le premier enjeu est donc bien la gestion et la valorisation des informations, afin de les transformer en véritable connaissance au service de la stratégie de l’entreprise. 

Les nouvelles technologies, et notamment les réseaux sociaux impliquent également un investissement plus important pour la veille stratégique : les méthodes de collecte d’information comme l’analyse exigent des compétences particulières. Le second enjeu pour l’entreprise est bien d’intégrer un volet réseaux sociaux à la veille stratégique, afin d’anticiper les évolutions des opinions, les prises de position des parties prenantes, de repérer des signaux faibles et se prémunir d’un risque informationnel (« bad buzz »).

L’influence, pilier remodelé par le numérique

L’avènement des réseaux sociaux et la capacité pour tout citoyen de prendre la parole en ligne ont considérablement modifié le paysage de l’influence. L’influence en ligne en effet est d’un certain point de vue aussi important à prendre en compte, que l’influence traditionnelle. Car en ligne, les contenus vivent sans contrainte de temps, commandent des dynamiques qui n’existent pas au-delà des frontières du web social, et inventent leurs propres codes. 

La notion d’influence en ligne reste encore aujourd’hui au cœur des débats parmi les professionnels de la communication en ligne. L’absence de consensus ou de métriques permettant une définition de l’influence en ligne est le signe que cette notion reste indéniablement personnelle et particulière pour chacun. Ainsi, il est de rigueur, de considérer son environnement en ligne en complément de son environnement traditionnel afin d’observer un ensemble informationnel déterminant pour la stratégie de l’entreprise.

La protection des informations, pilier accentué par le numérique

Parce que chacun peut publier sur les réseaux sociaux, et parce que les informations se diffusent instantanément, la protection des informations est un élément central de l’intelligence économique. Une prise de parole d’un salarié, un document interne et confidentiel publié en ligne, sont des exemples d’éléments sensibles que l’entreprise doit prendre en considération. Car l’impact d’une information peut avoir des répercussions économiques considérables.

Puisque les technologies de mobilité amplifient ce phénomène, où l’espace-temps n’est plus contraint, la sensibilisation des salariés aux enjeux liés aux publications en ligne reste le moyen le plus efficace pour se prémunir d’une fuite d’information. 

Le triptyque de l’intelligence numérique

Les technologies de l’information favorisant les prises de paroles de chacun sans contrainte de temps modifient le paysage des missions d’intelligence économique au cœur de l’entreprise. Les trois piliers de l’intelligence sont indispensables dans leur version traditionnelle, mais doivent prendre en compte les évolutions des pratiques d’information via le numérique, pour continuer à jouer leur rôle de compréhension, d’anticipation des mutations de leur environnement, et de protection de leur compétitivité, de leur savoir-faire. »

Source: http://lecercle.lesechos.fr/economie-societe/recherche-innovation/intelligence-economique/221184414/pourquoi-lintelligence-econo

cassandr26 |
bachconseil |
Fan des sims 2 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Espace des Technologies de ...
| cookone
| BUILDING CONCEPT