Archive pour 13 octobre, 2016

BULLETIN DE VEILLE PRESSE ECONOMIE-CAMEROUN DU 13 OCTOBRE 2016

 

  BULLETIN DE VEILLE PRESSE ECONOMIE-CAMEROUN DU 13 OCTOBRE 2016 dans Analyses & Réflexions & Prises de position

 

La douane camerounaise s’organise  pour la lutte contre le commerce illicite

Par le biais de l’opération : « halte au commerce illicite » (Halcomi) lancée le 16 août 2016, la Direction générale de la douane camerounaise multiplie les actions de saisies quotidiennes de produits de contrebande et de contrefaçon sur l’ensemble du territoire divisé en trois zones. C’est fort de cela qu’avec la collaboration du Groupement Inter patronal du Cameroun (GICAM), 12 containers  contenant de la bière, du vin rouge et du whisky ont été saisis au port de Douala le 28 septembre, 4000 sacs de riz étaient aussi pris à Limbé, et 380 autres dans le Chef-lieu du Fako. En outre, 100 mille litres de pétrole ont également déjà été saisis, avec l’appui des bases navales de Douala et de Limbé, sans oublier des milliers de sacs et de cartons de sucre, de ciments, de textiles, de produits laitiers…  Il est à noter que pour réussir sa mission, Halcomi  s’appuie sur le quadrillage des services opérationnels, et a des équipes mobiles qui agissent sur renseignement. CAMEROON TRIBUNE

Les résultats mitigés du régime de la zone Franche industrielle au Cameroun

Le régime de la zone franche industrielle  a vu le jour au Cameroun aux termes de l’Ordonnance du 29 janvier 1990 avec pour objectifs, entre-autres, de promouvoir de nouveaux investissements et d’amener les investisseurs à créer des entreprises industrielles au Cameroun. Contrairement à de nombreux pays du Sud qui ont su tirer profit de cela, le Cameroun présente encore des résultats mitigés en matière d’investissements. Toutefois, les investissements cumulés en zone franche au  Cameroun depuis 1992,  sont passés de 13.818 millions de Fcfa à 71. 521 millions de Fcfa en 1999-2000 et 55% des entreprises sur les 40 EZFI sur les 40 agrées étaient opérationnelles au Cameroun en 2010.

La Nouvelle Expression

 

Le processus de vente du pétrole camerounais

La Société Nationale des Hydrocarbures (SNH) à la charge de commercialiser et de valoriser les ressources camerounaises en hydrocarbures. Au quotidien, elle travaille en association avec les compagnies pétrolières internationales (Glencore, EuroOil, Noble Energy, Dana Petroleum, Woodside,Yan Chang, Perenco et Gaz du Cameroun) dans l’exploration et la production du pétrole brut estimée à 12,3 millions de barils au 30 avril 2016. Pour la décennie 2006-2015, les transferts (hors impôts et dividendes), ont rapporté 5000 milliards au Trésor Public du pays.  Les clients de la SNH, en plus de la SONARA, sont  Glencore International AG, Cepsa Trading, Adria Trade AG, Addax Energy S.A., Shell Western Supply and Trading Ltd, Repsol Trading et UNipe. C’est donc à eux que la SNH vend le Brent (pétrole brut léger) en fonction des normes et règlements nationaux et internationaux. Ainsi, par bateau ou par hélicoptère, l’acheteur transporte sa cargaison de pétrole après des opérations de vérifications par divers acteurs.

LE JOUR

Le PECAE : instrument de lutte contre la contrebande

Le Programme d’évaluation de la conformité avant embarquement des marchandises importées en République du Cameroun  (PECAE) mis en œuvre depuis plus de trois mois, est un mécanisme permettant de s’assurer que les produits spécifiques importés au Cameroun répondent aux exigences des règlements et normes établies par l’Agence des normes et de la qualité (ANOR) et par le Gouvernement. Le respect du cahier des charges de cet instrument aide à  détecter la contrefaçon et à protéger des dangers dans un contexte international où les consommateurs tentent sans cesse à s’acheter des produits qui peuvent nuire à leur santé et à leur sécurité.

MUTATIONS

 Nestlé va investir 10 milliards de FCfa dans l’extension de son usine de production au Cameroun

Le groupe agro-alimentaire suisse Nestlé ambitionne de lancer des travaux d’extension de son usine de production de Douala, dans la capitale économique du Cameroun. Cet investissement, d’un montant total de 10 milliards de francs Cfa, a été révélé au cours d’une récente cérémonie de signature de convention avec le gouvernement camerounais, lequel accord ouvre à cette firme la voie des avantages prévus dans la loi de 2013 portant incitation à l’investissement privé en République du Cameroun. L’introduction prochaine par Nestlé Cameroun  du poivre blanc de Penja, un condiment local labélisé il y a quelques années par l’Organisation Africaine de la Propriété Intellectuelle (OAPI), dans la fabrication de son célèbre cube Maggi pourrait justifier l’extension de sa production. Pour rappel, selon des informations officielles, le cube Maggi, bouillon culinaire très prisé par les ménagères, représente à lui tout seul 90% de la production de l’usine de Douala, grâce à laquelle Nestlé Cameroun réalise un chiffre d’affaires mensuel de 5 milliards de francs Cfa dans la zone Cemac. En dehors du cube Maggi, la filiale au Cameroun du groupe Nestlé produit également le lait «Nido» conditionné dans des sachets, qui représente 9% de l’ensemble de la production de l’usine de Douala, contre 1% seulement pour Nescafé, le célèbre café désormais produit localement à base du café camerounais.

Le jour &  Agence Ecofin

Pour lire la veille presse Economie et Politique au Cameroun du 12 octobre 2016, cliquez sur ce lien: http://fossoarnaud.unblog.fr/2016/10/12/bulletin-de-veille-economie-politique-cameroun-du-12-octobre-2016/

Pour obtenir plus d’informations et de manière régulière,  cliquez ici:  ou appelez-nous: 674067417.

image veille

 

cassandr26 |
bachconseil |
Fan des sims 2 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Espace des Technologies de ...
| cookone
| BUILDING CONCEPT