Archive pour 7 décembre, 2016

Sanctions en cascade contre les médias au Cameroun

CONSEIL NATIONAL DE LA COMMUNICATION

PRESSE ECRITE - CAMEROUN

24 cas de régulation de médias étaient sur la table du Conseil national de la Communication (Cnc) au Cameroun. Il a fallu une session ordinaire et une session extraordinaire les 24 et 25 novembre 2016, pour vider les différents contentieux. Les décisions rendues publiques ce 6 décembre font état des sanctions en cascade contre les médias.

La décision la plus lourde est l’interdiction définitive des journaux « Aurore » et « Aurore Plus » qui ont le même directeur de la publication, à savoir le sieur Michel Michaut Moussala. Il est lui aussi interdit de toute activité dans la presse au Cameroun. Ce dernier, ainsi que ses publications, avaient été traînés devant le Cnc par Jean Paul Nana Sandjo, l’ex-directeur général de Camair Co, la compagnie nationale de transport aérien. En mai dernier, après que des scellés eussent été apposés aux portes du journal « Aurore Plus », M. Moussala avait tout simplement créé le journal « Aurore » et avait continué à dénigrer celui qui était encore le Dg de Camair Co.

Le régulateur a donc prononcé des sanctions pour « publication répétée d’accusations non fondées, offensantes et insinuantes à l’égard des personnes et pour attitude constante de défiance vis-à-vis des injonctions du Cnc ». Non seulement M. Moussala et ses publications sont reconnus coupables d’acharnement contre M. Nana Sandjo, mais encore, l’éditeur est accusé d’avoir changé le nom du journal pour contourner les premières sanctions prononcées par le Cnc.

Le Cnc a par ailleurs confirmé l’interdiction définitive du journal « Dépêche du Cameroun » et de son directeur de publication, Gilbert Avang ; une décision prise antérieurement le 24 février 2015 à la suite d’une plainte de M. Moïse Lissouck, chargé de clientèle à la banque Scb.

Parmi les autres sanctions prononcées par le Cnc, il y a cet avertissement adressé à l’un de ses membres. Il s’agit de Christophe Bobiokono, directeur de la publication de l’hebdomadaire « Kalara » sanctionné à la suite d’une plainte de l’inspecteur d’Etat, Chi Asafor Cornelius, pour défaut d’équilibre dans le traitement de l’information.

Dans plsieurs affaires des sanctions du régulateur sont dirigées à la fois contre les journalistes, les médias et l’éditeur.

Les autres décisions prononcées par le Cnc

Affaire Ghislaine Ndjoungou, journaliste, Contre la Crtv : avertissement à la Crtv et suspension pour 1 mois de la journaliste Irène Ndzana Fouda, pour diffusion d’un reportage sur l’obésité infantile, montrant en clair une jeune fille âgée de 5 ans.

Affaire Jean Louis Beh Mengue, directeur général de l’Agence de régulation des télécommunications (Art), contre le journal « l’Anecdote » et son directeur de publication, Jean Pierre Amougou Belinga : suspension pour 1 mois de l’organe de presse, de son directeur de publication et du journaliste Mekol Kpwem, pour publication de déclarations non fondées, offensantes et insinuantes.

Affaire Jean Louis Beh Mengue, directeur général de l’Agence de régulation des télécommunications (Art), Contre la chaîne de télé Vision 4 et son directeur de publication, Jean Pierre Amougou Belinga : suspension pour 1 mois de l’émission dénommée « Tour d’horizon » diffusée sur la chaîne Vision 4 et des journalistes Ernest Obama, Parfait Ayissi, Martial Owona, Francis Bonga, pour diffusion de déclarations non fondées, offensantes et insinuantes.

Affaire Flash Zacharie Ndiomo, directeur de publication du journal « Le Zénith », contre « L’INDEPENDANT Infos » : suspension pour 2 mois de l’organe de presse dénommé « L’INDEPENDANT Infos » et son directeur de publication, Max Bossoh Mpandjo, pour publication de déclarations non fondées, offensantes et insinuantes.

Affaire Gabriel Bienvenu Ayia, maire de la commune de Mengang, contre Max Bossoh Mpandjo, directeur de publication de « L’INDEPENDANT Infos » : suspension dudit organe de presse et de son directeur de publication pour 3 mois, pour publication d’accusations non fondées, offensantes et insinuantes.

Affaire Roger Kiyek, directeur général de la radio Soleil Fm, contre Jean de Dieu Ayissi, directeur général de la radio Royal Fm : suspension pour 1 mois de Jean de Dieu Ayissi pour diffusion de déclarations non fondées, offensantes et insinuantes.

Affaire Félix Addo-Nyarko, directeur national par intérim de Plan International Cameroon, contre le journal « Le Soir » : suspendu pour 2 mois de l’organe de presse et de son directeur de publication, Armand Mbianda, pour publication d’accusations non fondées, offensantes et insinuantes.

Affaire Louis Roger Manga, directeur général de la Mission d’aménagement et d’équipement des terrains urbains et ruraux (Maetur), contre « Le Soir »

Suspendu pour 1 mois de cet organe de presse et de son directeur de publication, Armand Mbianda, pour publication d’accusations non fondées, offensantes et insinuantes.

Affaire Tombi a Roko, président de la Fécafoot, contre le quotidien « Emergence »

Suspendu pour 1 mois du quotidien « Emergence » et du journaliste Alfred Epacka Mpacko, pour publication de déclarations mal fondées, offensantes et insinuantes.

Affaire du député Martin Oyono contre le journal « l’Anecdote » : suspension pour 1 mois de l’organe de presse et pour 3 mois du journaliste désigné M.P., pour publication de déclarations non fondées, offensantes et insinuantes.

Affaire Edgard Alain Mebe Ngo’o, ministre des Transports, contre le journal « La Nouvelle » : suspension pour 2 mois de l’organe de presse et de son directeur de publication, Jacques Blaise Mvie, ainsi que de la journaliste Marlyse Sibafo, pour publication de déclarations non fondées, offensantes et insinuantes.

Affaire Sylvestre Ngouchinghe, président directeur général de CONGELCAM S.A., contre le journal « Le Courrier » : suspension pour 2 mois de l’organe de presse et de son directeur de publication, Olivier Mbelle Mbelle, pour publication d’accusations non fondées, offensantes et insinuantes.

Affaire Yves Mathieu Zoa Nanga, directeur de l’Organisation des soins et de la technologie sanitaire au ministère de la Santé publique, contre le journal « Notre Santé » : non-lieu prononcé car, aucune charge n’a été retenue pour faute professionnelle contre ledit journal.

Affaire Pr Elie Claude Ndjitoyap Ndam, directeur général de l’hôpital général de Yaoundé, contre le journal « L’Epervier » et son directeur de publication, Léopold Clovis Noudjio : suspension pour 6 mois de l’organe de presse et de son directeur de publication. Suspension pour 2 mois des journalistes Alex Zambo et Valery Zoulla. Des sanctions prononcées pour publication d’accusations non fondées, offensantes et insinuantes.

Affaire Bouhadirnassar, directeur général de Cana Bois, contre le journal « L’Epervier Plus » et son directeur de publication délégué, Mme Gladys Tamouya : suspension 2 mois de l’organe de presse, de son directeur de publication délégué et du journaliste Ongmba Messi, pour publication de déclarations non fondées, offensantes et insinuantes.

Affaire John Mbah Akuroh, journaliste principal, contre le journal « Cameroon Herald » : Suspension pour 6 mois de l’organe de presse et de son directeur de publication, Kingsley Ako, pour publication d’accusations non fondées, offensantes et insinuantes.

Affaire Louis Richard Njock, directeur de l’hôpital Laquintinie de Douala, contre le journal « Ades-Infos Le Regard » : suspension pour 3 mois de l’organe de presse et de son directeur de publication, Prince Adalbert Hiol, pour publication d’accusations non fondées, offensantes et insinuantes.

Affaire Joseph Biyiwoh, directeur général de G4S Security Services Cameroon Plc, contre le journal « La Scène » et son directeur de publication, Christian Emok : suspension pour 6 mois de l’organe de presse et de son directeur de publication, pour publication d’accusations non fondées, offensantes et insinuantes.

Affaire Stéphane Muller, directeur général adjoint de la Société fabrique camerounaise de parquet (Fipcam Sau), contre l’organe de presse en ligne dénommé « Al wihda Info » : suspension pour 1 mois du journal en ligne et du journaliste Nestor Nga Etoga, pour publication d’accusations non fondées, offensantes et insinuantes.

Affaire Révérend pasteur Antoine Marie Nga Embolo, contre la radio « Universel Fm » : suspension pour 1 mois de l’émission « La Grande Cour » diffusée sur cette radio, et de son présentateur Dominique Tita.

Assongmo Necdem

Sources: Crtv, Investir au Cameroun

cassandr26 |
bachconseil |
Fan des sims 2 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Espace des Technologies de ...
| cookone
| BUILDING CONCEPT