Archives pour la catégorie Analyses & Réflexions & Prises de position

Quelle « informatique » va t-on enseigner aux élèves de Première et Terminale au Cameroun?

La décision du ministre des Enseignements secondaires, publiée le 03 novembre 2011 dans le quotidien Cameroon Tribune, portant organisation des épreuves d’informatique aux examens officiels de l’enseignement secondaire général au Cameroun, ne laisse pas  indifferente une large frange de la population, en bonne place certains documentalistes.

Alors que la décision est prise, les uns et les autres s’interrogent sur le contenu des enseignements qui seront donnés aux élèves et le casting des enseignants.

Les enseignements donnés porteront-ils sur les Technologies de l’Information et de la Communication, sur la bureautique, sur la connaissance de l’outil informatique( hardware, software), ou encore porteront-ils sur la maîtrise des techniques de recherche de l’information…?

Puisse que la fracture numérique isole les élèves des villages, ajoutée au déficit d’électricité,  les  élèves des villages pourront -ils être placés au même pied d’égalité que ceux des villes lors des examens officiels? La majorité des lycées ne sont pas dotés d’équipements informatiques, de bibliothèques ou de centres de ressources multimédias. Comment se feront donc ces enseignements?

En plus, les enseignants seront -ils des informaticiens? Si oui, vont-ils enseigner les différentes parties de l’ordinateur et la saisie de texte aux élèves?

Pendant ce temps pourquoi ne pense t-on pas au Cameroun,  mettre à profit les TIC pour créer des bases de données en faveur des des établissements reculés et pauvres de ressources? Scanner des documents pédagogiques et des livres au programme afin de faciliter leur accès aux élèves? Dans nos écoles aux effectifs pléthoriques, pourquoi ne revoie t-on pas la méthode d’ enseignement en utilisant par exemple des diaporamas?

Au juste, les professionnels de l’information documentaire devraient être associés à la réforme de nos enseignements, en accompagnant notamment les enseignants et les élèves dans leurs travaux scolaires et académiques, grâce aux centre multimédias qu’ils devraient gérer.

En somme, il serait judicieux pour nous de revoir le contenu de l’ »informatique » à enseigner à nos élèves. Ceci passerait par le casting même des enseignants et la création ou l’équipement des centres de ressources pédagogiques dans les établissements.

Le Cameroun comprend progressivement le rôle de l’information et la nécessité d’intégrer les professionnels de l’ information documentaire dans l’administration.

Cette affirmation s’est encore vérifiée récemment. En effet, dans la vague du recrutement de 25000 diplômés dans la Fonction Publique, le gouvernement n’a pas oublié les professionnels de l’information documentaire. Ils sont au total 18 présélectionnés en qualité de bibliothécaires contractuels ( cf, communiqué Numéro 097/CCS/CTRS du 20 octobre 2011) et 70 présélectionnés  en qualité d’archivistes et documentalistes contractuels (cf communiqué numéro 096/CCS/CTRS du 20 octobre 2011). Le numéro 9954/6155 du quotidien Cameroon Tribune du lundi 24 octobre 2011 fournit d’ailleurs la liste des présélectionnés. Même si des erreurs  sont constatées dans la spécialité desdits candidats, dues sûrement à la non compréhension des divergences et des similitudes des parcours documentation, bibliothéconomie, information documentaire, archivistique, records management, on peut quand même se féliciter de cette avancée.

Vivement que cette initiative puisse continuer afin que nos administrations publiques puissent être capables de capitaliser leurs informations et leurs connaissances pour le développement du Cameroun. Mais, comme on dit vulgairement, le « Cameroun, c’est le Cameroun ».  La transparence qu’ accompagne la bonne gestion de l’information (documentaire) ne gênerait-elle pas le profit personnel et le » gombo » des administrateurs corrompus et voleurs de fonds publics?

Saviez vous qu’il y a des recherchistes de l’information?

L’une des possibilités de la formation en information documentaire, est  pour les professionnels de pouvoir se mettre au service des chercheurs. Ceux- ci sont généralement occupés, débordés dans leurs travaux et ne savent pas qu’ils peuvent prendre contact avec un recherchiste de l’information. Le recherchiste a des facilités, des outils, des connaissances pour faire la recherche. Il connait les sources d’information générales et spécialisées dans des domaines du savoir, car il a une connaissance encyclopédique.

Prenez donc l’ habitude d’entrer en contact avec  un professionnel de l’information documentaire à l’exemple d’Arnaud Noël FOSSO, ( ESSTIC -Yaoundé- Cameroun +234 74 06 74 17, fossoarnaud@yahoo.fr), pour qu’il fasse des recherches à votre place, vous facilitant ainsi la tâche…

1...678910

cassandr26 |
bachconseil |
Fan des sims 2 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Espace des Technologies de ...
| cookone
| BUILDING CONCEPT