Archives pour la catégorie Non classé

Call for Applications-One Young World Summit, Johannesburg, South Africa

Call for Applications-One Young World Summit, Johannesburg, South Africa dans Annonces et Infos 1307460379-mtn

Call for Applications-One Young World Summit, Johannesburg, South Africa, from 2-5 October 2013.

MTN Cameroon will support the participation of two Young Cameroonians.

Deadline for your application: 24 May 2013.

 

How can you Apply?

 

Individuals interested by this invitation should go to the following link and properly fill out the application

form: http://www.oneyoungworld.com/join/candidate

Terms and conditions: http://www.oneyoungworld.com/terms

What IS One Young World?: http://www.oneyoungworld.com/about-us

 

You can read the announcement in Cameroon Tribune of Friday 17 May 2013, P42.

Thanks!                                                                                                                                                                                                           Arnaud Noël FOSSO

 

 

Les métiers les plus rémunérateurs en 2013

« En partenariat avec le cabinet de conseil en rémunération et politique salariale, People Base CBM, Capital.fr publie les rémunérations moyennes de 150 métiers dans 10 secteurs d’activité. Idéal pour situer votre rémunération par rapport au marché ou à la grille de salaires de votre entreprise.

Encore, une année de disette salariale. « En 2013, les augmentations ne devraient pas dépasser 1,1% en moyenne », pronostique Cyril Brégou, associé du cabinet d’études salariales People Base CBM (Compensation and Benefits Management), qui propose par ailleurs une évaluation en ligne sur Capital.fr. Les deux-tiers des employeurs se contentent de s’aligner sur le taux d’inflation, à savoir 2% en 2012, ce qui permet de maintenir le pouvoir d’achat de leurs collaborateurs. Les autres préfèrent miser sur les revalorisations individuelles, ce qui leur permet de ne pas limiter la hausse de la masse salariale. « Celles-ci oscillent entre 2,35% et 5%, sans compter les primes au mérite », estime Cyril Brégou.

 

Les métiers les plus rémunérateurs en 2013 dans Annonces et Infos 709732ee-9d1e-4866-ba6d-b083720b77ce_Les-m-tiers-les-plus-r-mun-rateurs-en-2013-Capital-fr_20130514-141827

 

People Base CBM 2013
Pour savoir quelles sont les professions les mieux rémunérées, Capital.fr publie, en exclusivité, les émoluments de 150 fonctions de cadres et de techniciens dans 10 secteurs. A partir de plus de 300.000 fiches de paie passées au crible par People Base CBM, nos tableaux présentent le salaire brut annuel moyen (variable et avantages connexes comme l’intéressement ou la participation compris), la part de variable, les écarts de salaires hommes-femmes et le niveau d’expérience moyen pour chaque métier.

Résultat : les fiscalistes et les juristes affichent ainsi le salaire moyen le plus élevé, à 54.303 euros bruts annuels, devant les pros de la finance et de la comptabilité d’entreprise (51.666 euros). « Ces profils sont actuellement très recherchés, en vue de s’adapter aux nouvelles normes fiscales et réglementaires », justifie Cyril Brégou. Les informaticiens affichent de coquets bulletins de paie, avec une rémunération moyenne de 51.018 euros, tirée à la hausse par une pénurie de compétences et la demande toujours soutenue du marché.

Source: Capital.fr

Découvrez les salaires 2013 dans 10 secteurs :

> Assistant, relation clients, services généraux : des salaires à la traîne

> Banque : les salaires dépendent du variable

> Commercial & Vente : des rémunérations stagnantes

> Finance d’entreprise, comptabilité, gestion : des métiers très bien payés

> Fiscalité & Juridique : les mieux rémunérés« 

Recrutement des personnels spécialisés en TIC au Cabinet civil de la Présidence de la République du Cameroun

Recrutement des personnels spécialisés en TIC au Cabinet civil de la Présidence de la République du Cameroun drapeau Avis d’appel à candidatures n°001/CC/CAB/PR du 02 mai 2013 pour le recrutement des personnels spécialisés en TIC

 

Le Cabinet civil de la Présidence de la République du Cameroun par l’intermédiaire du ministre, Directeur du Cabinet civil, lance un appel à candidatures en vue du recrutement de 19 personnes spécialisées en Technologies de l’Information et de la Communication (TIC). L’annonce est relayée par le quotidien national Cameroon Tribune numéro 10335/6536 du vendredi 03 mai 2013, à la page 7.

Il s’agit:

- 1 spécialiste du marketing, de la publicité, des Relations publiques (Bacc+ 5 au moins,  7 ans d’expériences au moins,…);

- 03 journalistes d’expression française et anglaise ou autres personnes ayant de bonnes capacités de rédaction pour un site web (Bacc+3);

- 02 informaticiens ayant une formation en webmaster (Bacc+2 au moins);

- 01 informaticien programmeur  (Bacc+2 au moins);

- 01 informaticien programmeur  (Bacc+4 au moins);

- 04 photographes reporters (Bacc+2 au moins);

- 02 cameramen monteurs (Bacc+2 au moins);

- 04 ingénieurs des Systèmes et réseaux informatiques, – ingénieurs et techniciens des télécommunications (Bacc+4 au moins);

- 01 Expert en sécurité des réseaux et systèmes d’information.

L’expérience professionnelle est de 5 ans au moins, en dehors de celle du spécialiste en marketing qui est de 7 ans au moins.

-AUTRES CONDITIONS A REMPLIR:

- Être de nationalité camerounaise;

justifier d’une bonne moralité.

- DOSSIERS DE CANDIDATURE

Les dossiers de candidature doivent être envoyés à l’adresse: cabcivilprc@yahoo.fr.

Les dossiers comprennent:

- une lettre de motivation;

- curriculum vitae;

- une copie certifiée conforme du diplôme ou équivalent correspondant au profil;

- une copie certifiée conforme de la CNI;

- un extrait de casier judiciaire datant de moins de 03mois.

DATE LIMITE DE RECEVABILITE DES DOSSIERS: 10MAI 2013 à 12H.

NB: pour plus d’informations, lire Cameroon Tribune numéro 10335/6536 du vendredi 03 mai 2013, à la page 7.

La communauté urbaine de Yaoundé recrute 9 entreprises pour gérer l’affichage publicitaire

La communauté urbaine de Yaoundé recrute 9 entreprises pour gérer l’affichage publicitaire  dans Annonces et Infos 300_camer_drapeau

Le délégué du gouvernement auprès de la Communauté urbaine de Yaoundé, Gilbert Timi Evouna, super maire de la capitale camerounaise, vient de publier dans le quotidien gouvernemental un appel d’offres en vue de la sélection et du recrutement de 9 régisseurs pour la gestion de l’affichage publicitaire dans la capitale camerounaise.

Selon le communiqué, les partenaires ainsi recrutés se verront attribuer des portions  du territoire de la ville de Yaoundé, et seront chargés d’y implanter des panneaux conçus par leurs propres soins. Ils devront en outre promouvoir l’affichage publicitaire urbain auprès des annonceurs, collecter auprès de ces derniers toutes les taxes et redevances liées à l’affichage publicitaire et la reverser ensuite à la communauté urbaine.

Les régisseurs de publicité intéressés par cette offre ont jusqu’au 5 mai prochain pour déposer leurs dossiers de candidature.

Source: http://www.investiraucameroun.com/gestion-publique/3004-4159-la-communaute-urbaine-de-yaounde-recrute-9-entreprises-pour-gerer-l-affichage-publicitaire

Forum économique Cameroun – Turquie: Paul BIYA vante le potentiel du Cameroun

Le Forum économique Cameroun – Turquie vient de s’achever.  Pendant une visite officielle de 04 jours en Turquie ( 25-28 mars 2013), à l’invitation de Son Homologue Abdullah GÜL, le Président Paul Biya a tenu un discours mettant en lumière les richesses et le potentiel de son pays. Il a en effet insisté sur les possibilités d’investissement dans plusieurs domaines: agriculture, industries agro-alimentaires, bâtiment et travaux publics, télécommunications, énergie, hydraulique, transports,… et les moyens mis en œuvre par le gouvernement pour garantir les investissements étrangers au Cameroun notamment  ceux de la Confédération des hommes d’affaires et industriels turcs (TUSKON) . Notons que sept (7) accords de partenariats ont été signés entre les deux parties. Il nous est important de vous permettre de relire ce discours présidentiel. En quoi le Cameroun occupe t-il une position stratégique pour les investisseurs? Lisons plutôt.

Forum économique Cameroun – Turquie: Paul BIYA vante le potentiel du Cameroun dans Intelligence Economique & Veille informationnelle 300_signaturesaccords

Copyright Paul BIYA

 

DISCOURS DE CLÔTURE DE S.E.M. PAUL BIYA, PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE DU CAMEROUN.Istanbul, le 27 mars 2013″Mesdames, Messieurs,

Permettez-moi tout d’abord de remercier les orateurs qui m’ont précédé pour les paroles chaleureuses, amicales qu’ils ont eues pour mon pays. Je suis aujourd’hui en Turquie, en compagnie d’une importante délégation, à l’invitation du Président de la République de ce grand pays. Nous avons avec la Turquie des relations d’amitié et de coopération qui se sont intensifiées au cours de ces dernières années et mon séjour en Turquie se passe très bien. J’ai eu des entretiens approfondis, à tous les niveaux, avec Monsieur le Président de la République et Monsieur le Premier Ministre. Et l’une des décisions qui ont été prises à cette occasion a été de rencontrer les milieux d’affaires de Turquie.

Monsieur le Président de la Confédération des Hommes d’Affaires et Industriels de la République de Turquie,

Messieurs les Présidents des Chambres Consulaires de la République de Turquie, Messieurs les Chefs d’Entreprises,

Distingués Invités,

Mesdames et Messieurs, C’est pour moi un réel plaisir de prendre la parole ce jour, dans ce magnifique cadre, au terme du Forum Economique Cameroun-Turquie, auquel vous avez bien voulu prendre part. Permettez-moi à cet égard de vous remercier de votre intérêt pour le Cameroun, manifesté tout au long de vos échanges avec les membres du Gouvernement et les opérateurs économiques qui m’accompagnent.

Mesdames et Messieurs, Comme vous avez pu le constater lors de vos échanges, l’économie camerounaise a enregistré ces dernières années des performances appréciables, aux antipodes de la morosité qui a suivi la crise financière internationale qui sévit depuis 2008. Le taux de croissance estimé cette année à 6% est en constante progression. Par rapport aux 5,1% de croissance en 2012, c’est presque 1 point de mieux. Notre objectif est d’ailleurs que cette tendance à l’accélération de la croissance se poursuive dans les prochaines années. L’exploration et l’exploitation de nos réserves de pétrole et de gaz naturel, l’essor naissant de nos exploitations minières (fer, bauxite, cobalt et nickel), et l’augmentation de la demande intérieure liée au démarrage de nos grands projets d’infrastructures (routes, ponts, barrages, centrales, ports, aéroports, voies ferrées). Eh bien, tout cela va y contribuer. Il y a de réelles opportunités à saisir pour soutenir l’offre des biens et services dans les divers sous-secteurs : agriculture, industries agro-alimentaires, bâtiment et travaux publics, télécommunications, énergie, hydraulique, transports, et j’en passe. La gestion des finances publiques connaît elle aussi une amélioration, du fait conjugué de l’accroissement des recettes internes et de la maîtrise des dépenses publiques de fonctionnement, induisant un arbitrage budgétaire favorable à l’accroissement des dépenses en capital. Je voudrais aussi souligner l’accent qui est mis sur la gouvernance, en particulier dans la sphère économique. Elle exige de notre part l’assainissement du climat des affaires, à travers la lutte contre la corruption ainsi que la suppression des goulots d’étranglement et des contraintes qui freinent la bonne marche des affaires au Cameroun. Depuis 2009 en effet, le « Cameroon Business Forum » offre une plate-forme gouvernementale pour le dialogue entre le secteur public et le secteur privé. C’est un cadre propice pour l’identification et le suivi de la mise en oeuvre des réformes destinées à améliorer sans cesse le climat des affaires. Les réformes prises dans ce cadre ont facilité la création des entreprises, le règlement des factures, la levée des taxes, l’exécution des contrats d’affaires, la promotion et la protection des investissements, et le développement du commerce transfrontalier. Il y a de la place pour les investisseurs turcs dans les différents secteurs de l’activité économique camerounaise. Notre potentiel agropastoral et halieutique est très riche et diversifié, en raison de la variété des climats et des sols. La surface cultivable, d’environ 85% de la superficie totale du pays, n’est que très marginalement exploitée, à peine 20% actuellement. La diversité de nos productions agricoles comprend des cultures vivrières et des cultures de rente, telles que la banane, le coton, le cacao, le café, le thé, la canne à sucre, le caoutchouc naturel, les céréales, les fruits et légumes, les tubercules, et j’en passe. Il y a là assurément des niches de croissance à développer, au même titre que l’avantage comparatif que la partie septentrionale et le Nord-Ouest du pays offrent pour l’élevage bovin en particulier. Par sa position charnière entre le vaste marché du Nigéria et celui de la Communauté Economique et Monétaire de l’Afrique Centrale (CEMAC), le Cameroun côtoie en effet un marché potentiel de 300 millions de consommateurs, si l’on intègre la République Démocratique du Congo et le Soudan. Le savoir-faire reconnu des investisseurs turcs est aussi le bienvenu pour tirer le meilleur parti des 360 km de notre façade maritime, et des 17 millions d’hectares de forêts exploitables qui font du Cameroun le deuxième massif forestier d’Afrique, lequel abrite près de 300 essences exploitables, dont une soixantaine seulement est exploitée.

 Mesdames et Messieurs, Pour développer ce potentiel, le Cameroun a besoin d’exploitations modernes et d’agro-industries. Nous mettons tout en oeuvre pour que tous ceux qui veulent nous accompagner trouvent des incitations à l’investissement et à l’exportation. De même, le Cameroun qui est l’«Afrique en miniature », a compris qu’il doit valoriser ses énormes potentialités touristiques. Les opérateurs intéressés trouveront dans notre Programme de Compétitivité des Filières de Croissance, les incitations qu’ils souhaitent pour investir dans le développement du tourisme balnéaire, des safaris photos, du tourisme culturel, des randonnées en montagne, de l’écotourisme et du tourisme d’affaires. Comme j’ai déjà eu à l’affirmer en d’autres occasions, notamment lors du banquet offert en notre honneur par mon homologue et ami, le Président de la République turque, notre Programme de « Grandes Réalisations », qui s’articule autour d’un ensemble de grands projets dans les domaines de l’énergie, des infrastructures, des mines, de l’agriculture, vise à faire du Cameroun un pays émergent à l’horizon 2035. Nos atouts et nos priorités économiques que je viens d’évoquer devant vous sont sous-tendus par la paix sociale, la stabilité politique et la solidité des institutions que le Cameroun et son peuple s’efforcent de préserver. Le Cameroun sait donc pouvoir compter sur ses partenaires extérieurs, en bonne place desquels la Turquie qui, à bien des égards, a la capacité et la compétence pour répondre à nos besoins. J’ai été heureux, en échangeant avec le Premier Ministre de votre grand pays, de voir que, lui comme moi, pensons que nos échanges doivent atteindre un minimum de 500 millions de dollars. Je pense que nous y arriverons. Je voudrais par conséquent conclure mon propos en vous assurant, Mesdames et Messieurs, que vous êtes les bienvenus au Cameroun, où vous trouverez toute la disponibilité, l’assistance et la sécurité nécessaires pour voir prospérer vos affaires. Je vous remercie de votre aimable attention. »

Copyright © Paul Biya, Istambul – Turquie | 27-03-2013

World Universities Debating Championship Berlin 2013: Le Cameroun fait honneur à l’Afrique

Sortons un peu de la ligne éditoriale de ce blog pour parler de l’actualité du club débat et leadership du Cameroun. C’est une initiative que nous soutenons et que nous encourageons.

Des 40 finalistes de cette compétition, le Cameroun était le seul pays africain à avoir atteint la phase finale, et  ceci pour sa première  participation. Il tire son épingle du jeu en obtenant la troisième place en art oratoire mondial (world public speaking).

 

World Universities Debating Championship  Berlin 2013: Le Cameroun fait honneur à l’Afrique images-club-debat1image-2-club-debat-150x126 Berlin 2013

Qui aurait cru? Le débat structuré fait parler du Cameroun au delà de ses frontières. Après Zimbabwe 2011, c’était au tour de Berlin de recevoir la marque du Lion. Ils  étaient deux, SULEM YONG Ingrid Worty et AFOR Kenneth Ndage, tous étudiants à l’université de Dschang. Ils ont été  boursiers de la Open Society Foundation (OSF) comme beaucoup d’autres pays. Leur mission, défendre le tricolore national au championnat mondial de débat universitaire de Berlin en imposant le talent de jeunesse. Ces valeureux combattants n’ont pas failli à leur mission car Berlin retiendra à jamais leur passage. Désormais notre pays  occupe une place respectable dans ce domaine aussi bien sur le plan panafricain qu’international.  Il faut le rappeler, le départ de ces enfants prodiges  a été un véritable parcours du combattant. Ils ne seront jamais arrivés malgré la bourse, n’eut été le soutien de leur famille et l’organe tutélaire du débat structuré jusqu’ici peu connu, la Cameroon Debate Association. Une fois de plus le désintéressement de l’Etat s’est  manifesté. Même pas un geste de soutien, ni de la part de l’Etat camerounais ni  même des autorités universitaires de Dschang. Quelles en sont les motifs ? Bouche «B». De toutes les façons «on est habitué, c’est le Cameroun» disent certains.  Jusqu’à preuve de contraire, c’est un leurre de penser  à l’appui de  pareil initiative de la part de l’Etat Camerounais surtout pas dans un tel domaine où la critique constructive est le principe. Encore faut-il observer, il ne s’agit pas de football toujours accompagné d’interminables délégations  payés à prix de fortune  par les fonds du contribuable camerounais et dont la situation est celle qu’on connait. En tout cas, ne dit-on pas souvent que « lorsqu’une porte se ferme, une autre s’ouvre». Inversion de la tendance, football en bas, débat structuré en haut. Le débat structuré est le nouveau sport intellectuel, utile et indispensable, auquel le Cameroun doit s’arrimer. Il est là et fait son bonhomme de chemin, que ce soit à travers le secondaire ou dans les universités. Une alternative? Surement. Les autorités camerounaises  gagneront donc à saisir cette perche à temps afin de tirer profit de ce rythme d’envergure mondiale qu’apporte la jeunesse.

Un exploit à prix de sacrifice

Comment ont-ils pu atteindre la phase finale d’une compétition de cette envergure?

image-3-135x150 Cameroun

Ce résultat est le fruit de longues heures de travail dans ce qu’on  pourrait appeler ici le secteur informel de l’éducation comme le reconnais SULEM Ingrid : « Les débateurs indomptables que nous sommes avons diligemment reconnu les trésors inestimables d’agrandissement d’esprits, de renforcement des capacités, d’engagement vers le développement et tout ceci grâce à la Cameroon Debate Association par le canal du Club Débat & Leadership de l’université de Dschang».

 

 

 Cette organisation de la société civile se bat pour l’intégration du débat structuré dans le système éducatif camerounais malgré la modicité de ses moyens d’action. Heureusement, résultat témoigne et le Cameroun semble avoir le vent en poupe dans ce domaine. A-t-on toujours dit « la jeunesse camerounaise est l’une des plus dynamique du continent», nous voudrions bien rester sceptique sur l’assertion mais la réalité s’impose. Quel est  le pays qui négligerait un tel dynamisme surtout lorsqu’on est à la recherche de l’émergence? C’est une honte pour notre pays de savoir que les initiatives jeunes ne sont pas soutenues ou pis encore n’intéresse personne. La jeunesse camerounaise se donne corps et âme chaque jour qui passe pour le rayonnement de sa patrie ; et ce que l’Etat fait c’est de jouer à la sourde oreille. S’il est vrai  que l’on doit toujours se demander ce que nous avons fait pour notre pays, reconnaissons qu’il est de droit pour un individu de réclamer à la société autant qu’il donne à celle-ci. Le compte à rebours est lancé, que chacun prenne ses responsabilités selon les règles du contrat social. Nos dirigeants ont le choix entre mettre la main à la pâte ou attendre célébrer les trophées des citoyens obtenus à prix de sacrifice.

 

MICHEL TALLA (communicateur CDA)

75% des Chefs d’Etat du monde sur tweeter en 2012

75% des Chefs d'Etat du monde sur tweeter en 2012 dans Annonces et Infos screen-shot-2013-01-01-at-11-33-25-am

tendance évolution des Chefs d'Etat sur Tweeter

 

De 20% en 2010, 75% des Chefs d’Etat du monde étaient sur tweeter en 2012.  C’est le résultat d’une enquête annuelle de « Digital Policy Council (DPC) » , 123 chefs d’État des 164 pays évalués  ont un compte Tweeter/Twitter.

Selon la même étude, Barack OBAMA, Président des USA, est le président le plus suivi avec 25 millions de « Followers » et le second, Hugo CHAVEZ du Venezuela, avec 3,5 millions de « Followers ».

Source: http://techcrunch.com/2013/01/01/hail-to-the-tweet/

Que pensez-vous de cette évolution?

Championnat Panafricain Universitaire de Débat: le Cameroun accueillera le PAUDC 2014

Bonjour, bonsoir chers internautes,

l’article que nous allons vous proposer sort un peu de la ligne éditoriale de ce blog. Toutefois, il demeure important à nos yeux en ce sens qu’il contient  des informations sur une grandissime compétition africaine de débat public structuré  à venir au Cameroun, une grande première. C’est donc un scoop que nous vous proposons, c’est aussi cela la veille informationnelle que nous faisons. Par ailleurs, nous sommes personnellement intéressé par ce championnat et nous participons à notre manière à sa médiatisation. En effet,  l’auteur de ce blog, FOSSO Arnaud Noël avait été élu  meilleure révélation  du premier tournoi universitaire de débat et public speaking, tenu du 07 au 14 août 2010 à l’ université de Buéa  au Sud-Ouest du Cameroun ( veuillez cliquer ici pour lire cet article publié).

 

Championnat Panafricain Universitaire de Débat: le Cameroun accueillera le PAUDC 2014 (vous pouvez télécharger l’article en version word, avec toutes les photos en cliquant sur ce lien: Article CDA_PAUDC 2014_ Focacom)

Championnat Panafricain Universitaire de Débat: le Cameroun accueillera le PAUDC 2014 dans Annonces et Infos photo-cameroon-debate-300x187

Le compte à rebours est lancé. L’Université de Buea abritera en  du 7 au 14 décembre 2014 la 7ème édition du Pan-African Universities Debating Championship (PAUDC). La décision a été  votée à l’unanimité par le conseil de ce championnat continental  d’art oratoire pendant le PAUDC 2012 qui s’est tenu du 09 au 16 décembre 2012 à Twhane University of Technology, Pretoria.

 

Cette nouvelle arrive comme un coup de grâce qui vient essuyer l’échec du Cameroun à  accueillir cette gigantesque forme de promotion du débat, nouvel outil pédagogique mais également instrument de paix, de démocratie et de développement durable.

L’an dernier lors du PAUDC 2011  au Zimbabwé, par l’entremise de l’instance dirigeante de la Cameroon Debate Association, le Cameroun a postulé à l’accueil de cette compétition pour le compte de l’année 2013. Le Nigeria, bien que moins préparé mais plus représentatif à Bulawayo évinça le pays des lions indomptables. L’une des raisons fondamentales de cette défaite résidait en ce que le Cameroun fut à sa première participation. Or, selon les règles du PAUDC, aucune nation ne peut prétendre à l’accueil du PAUDC si elle n’est pas au moins à sa deuxième participation.

Les élections liées à l’organisation du PAUDC suivent un système rotatif de deux ans et seules les instances nationales de régulation de débat de chaque pays ont droit de vote. Contrairement à l’an dernier où le Pr. Vincent P.K. Titanji, Vice-Chancellor de l’université de Buea autrefois,  signa une lettre d’agrément pour l’accueil dudit tournoi, sans l’avis officiel de l’université de Buea cette année, le « bid » du Cameroun a été incontestée par toutes les délégations nationales représentées à Pretoria et voté à l’unanimité prêt. Ceci, grâce au travail de communication abattu en amont et le soutien que reçut la Cameroon Debate Association des associations de débat africaines des pays comme le Ghana, le Nigeria, la Tanzanie, le Botswana, la Namibie, le Togo et le Libéria. Sans aucun doute, les multiples innovations proposés et les sérieux préparatifs transparus dans le « bidding » document constitué d’une quinzaine de pages, présenté avec bravoure par la délégation de l’Université de Buea  n’ont fait que confirmer les efforts fournis par la jeunesse camerounaise depuis 2009 pour la promotion du débat au Cameroun.

 

De sérieux efforts récompensés

Rien qu’à sa première participation au PAUDC 2011 à Bulawayo, le Cameroun a pu décrocher une médaille d’argent en Public Speaking. Exploit que n’a jamais réalisé un pays d’Afrique du « nord » depuis la naissance de ce tournoi dans l’Afrique australe ; allant tour à tour du Botswana (2008,2009), à la Namibie (2010), au Zimbabwé (2011) puis à l’Afrique du Sud (2012). L’exception viendra donc avec les PAUDC 2013 et 2014 respectivement à l’Université de Calabar (Nigeria) et à l’université de Buea (Cameroun).

Mais avant le PAUDC 2011, le Cameroun s’est distingué en 2010 au WUDC  (World  Universities Debating Championship) au Botswana en tant que première nation d’Afrique Francophone, avec le Rwanda autrefois, à s’intéresser à pareil projet. Le passage fut bref mais significatif.  A l’interne, avec l’impulsion du RESID et de la Cameroon Debate Association (CDA), les clubs de débat ont vu le jour au Cameroun à la vitesse de l’éclair tant au tertiaire qu’au secondaire. D’où la création et l’agrément du premier Club Débat & Leadership à l’Université de Dschang en 2009, leader national en débat structuré : vainqueur du CANUDC 2010 (Cameroonian National Universities Debating Championship) à Buea, finaliste au CANUDC 2011 à Dschang, médaillé d’argent au PAUDC 2011 à Bulawayo, première université bilingue à participer au mondial 2010 à Gaborone et sélectionnée pour le mondial 2012 à Berlin, unique institution nationale qui organise tous les ans un championnat local inter-facultés de débat….

D’autres pôles de promotion du débat comme l’Université de Buea et ses multiples prix engrangés lors des tournois nationaux (CANUDC 2010 & 2011), sa participation exceptionnelle au PAUDC 2011 et 2012, l’Université catholique du Cameroun (CATUC – Bamenda), son vibrant Debate & Speech Club et son fameux tournoi formateur Cameroon Debate Academy, l’université de Douala et son Club Débat & Leadership hautement célèbre… attestent de ce que d’ici 2015 le Cameroun sera incontestablement une nation de débat respectable et respectée de part le monde. La preuve en est que plusieurs pays d’Afrique Francophone tels que le Togo (Togo Debate Association), le Benin (Benin Debate Association), le Burkina et tout récemment le Mali et le Congo Kinshasa suivent son exemple et sollicitent son expertise.

La Cameroon Debate Association avec le concours des structures parraines comme le RESID, le Wolrd Debate Institute, l’International Debate Education Association (IDEA) et la Open Society Foundation,  a initié cette année les établissements secondaires du Cameroun (élèves, enseignants et membres administratifs) aux théories du débat structuré pour une organisation prochaine de la CANASDEC (Cameroonian National Schools Debating Championship) et au WSDC (World school Debating Championship). Avec le soutien inconditionnel de Lilia Kilburn, étudiante au Amherst College dans l’état du Massachussetts et experte en débat structuré, le World School Debate Format a été enseigné dans quatre régions du Cameroun à traves des séminaires tenus sur une durée de trois mois  pour les lycées et collèges des villes ci-après : Dschang, Bafoussam, Buea, Douala, Yaoundé, Bamenda. Tous ces chantiers ont valu au Cameroun en cette année la réputation de nation la mieux organisée sur le plan du débat éducatif et scolaire après l’Afrique du sud. Malgré ses réalisations, de nombreux travaux doivent être acheminés.

 

Défis  et Horizons du PAUDC 2014

Moult initiatives  doivent être entreprises quant à l’accueil du PAUDC 2014 et la promotion du débat au Cameroun et dans la sous-région.

Il faudra former avant 2014 près de 40 juges agrées à la fois par la Cameroon Debate Association et une instance internationale de débat telle que le World Debate Institute ou IDEA. De ces juges locaux nouvellement formés pour arbitrer le PAUDC 2014, un DCA (Deputy Chief Adjudicator) devra être sélectionné afin de rejoindre Justice Mothalbani (Chief Adjudicator, Botswana), Paul Gross (DCA 1, Cornell Debate Union, USA) et Lilia Kilburn (DCA 2, Armhest College, USA) dans l’adjudication team du PAUDC 2014. Plusieurs académies de débat doivent donc se tenir au sein des universités camerounaises avant 2014. Une académie de débat devra être organisée pour tous les participants au PAUDC 2014 à la veille du démarrage véritable du tournoi. Et à cette préoccupation, le Pr. Alfred Snider de l’université de Vermont, Directeur du World Debate Institute, a accepté d’apporter bénévolement son aide. Des mesures devront donc être prises pour les frais de transport et d’hébergement de son équipe.

Tous les pays d’Afrique doivent être représentés à ce tournoi avec emphase sur les pays du Maghreb et de l’Afrique Francophone en général qui devront officiellement recevoir des lettres d’invitation via fax ou poste.  Des facilités ou exemptions  de frais de visa, de bourses de participation devront être offertes aux débatteurs et juges les moins nantis provenant de jeunes nations africaines de débat. L’équipe adjugeante en chef devra être prise en charge avec quelques heureux juges volontaires sélectionnés de part le monde…

Aussi, l’université hôte devra faire preuve de parfaite maîtrise des questions d’accommodation pour l’accueil d’universitaires d’Afrique dont le cap est fixé à 1000 participants, débatteurs, juges, observateurs et volontaires. Le système de logement prévu est le « one single room » : à chaque participant sa chambre ; même s’il peut partager les mêmes toilettes avec un autre. Le recours aux hôtels de la ville de Buea est inéluctable.

La compétition devra être une occasion de faire valoir le potentiel culturel et touristique du Cameroun.  C’est également à ce niveau que survient le rôle de l’armée des volontaires sollicités pour le tournoi. Les « socials » et les excursions  devront être ciblées avec le concours des ministères de la culture et du tourisme. Un appel à la composition et  récompense de l’hymne du PAUDC 2014 devra être lancé.

Par ailleurs, un partenariat efficace s’avère opportun avec les entreprises prêtes à soutenir ce projet afin de récompenser les meilleurs juges et débatteurs via des trophées symboliques, cash prizes et des bourses pour le championnat mondial  2014. Les meilleurs volontaires, qu’ils soient du Cameroun ou d’ailleurs, devront également être récompensés. Les exigences  requises pour l’organisation de ce tournoi sont si immenses que seul l’Université de Buea et la Cameroon Debate Association (CDA) ne peuvent l’affronter sans le soutien du gouvernement camerounais et des supra-structures telles que l’Union Africaine  ou le Commonwealth of Nations. Car  le format de débat utilisé est le British Parliamentary Debate Format. Le ministère des relations Extérieures, le Ministère de l’Enseignement Supérieur, le Ministère de la jeunesse… qui ont été saisis depuis août 2012 quant aux projets de la CDA sont également sollicités pour l’édification d’une jeunesse émergente d’ici 2035.

Dans cette tâche d’hercule, les médias caractérisent l’instance qui aura le premier et le dernier mot à souffler pour la médiatisation de ce championnat Pan-Africain de débat en anglais, encore qu’il débouchera sur l’émergence du Championnat Pan-Africain de débat Francophone en pleine ébullition.  D’où l’association de la Francophonie et des médias francophones du continent à ce projet. C’est également l’occasion de renforcer l’organisation et la popularisation de s championnats nationaux universitaires et secondaires de débat, le CANUDC et le CANASDEC 2013 prévus respectivement à l’université de Douala et au Government Technical High School of Bamenda. Championnats qui nécessitent l’entière mise en disponibilité des ministères des Enseignements supérieures et secondaires si le Cameroun veut conserver sa position de leader incontestable et incontesté  de débat éducatif et scolaire dans l’Afrique Francophone, faire le coude à coude avec les géants tels que le Canada ou la France et se frayer une « leadership position » dans le monde du débat.

Marius Yannick Binyou-Bi-Homb

 

 

 

 

 

 

Le blog sur Viadeo

Rejoignez Viadeo, le réseau social professionnel choisi par Arnaud noel Fosso et plus de 45 millions de professionnels.

Sondage: Avez-vous déjà entendu parler de l’Intelligence Economique Camerounaise?

Avez-vous déjà entendu parler de l'Intelligence Economique Camerounaise?

Chargement ... Chargement ...
123

cassandr26 |
bachconseil |
Fan des sims 2 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Espace des Technologies de ...
| cookone
| BUILDING CONCEPT