Archives pour la catégorie Outils & Sources

Découvrez le top 20 des outils dédiés au Learning

  1. Twitter : ce site de micro-blogging se classe au 1er rang depuis 2009. Il permet une communication rapide, permanente avec vos stagiaires lors d’inter-session pour rester en contact ou en live pour réagir lors d’une conférence par exemple.
  2. Youtube : l’explosion des smartphones permet à tous de tourner des vidéos et de les publier en ligne en quelques clics sur des plateformes type Youtube. Un formateur peut construire une chaine dédiée pour partager des vidéos mise en ligne ou découverte sur le web avec ses stagiaires.
  3. Googledocs : c’est un ensemble d’outils qui permet de construire des extranets, de mettre en ligne des blogs facilement. Un site google docs sera également directement compatible avec une tablette tactile type iPad. Pour les formateurs les plus avancés, vous pourrez même mettre en oeuvre des wikis avec vos groupes en formation.
  4. Skype : garder le contact après un stage ou organiser des visio-formations est très facile avec cet outil qui intègre également une messagerie instantanée et des fonctionnalités de téléphone en voix sur IP.
  5. WordPress : c’est un des systèmes de publication de Blog les plus populaires, c’est un véritable CMS (Content Management System) gratuit qui se maitrise en quelques heures pour des rendus très professionnels.
  6. Dropbox : cet outil se démocratise depuis la forte communication autour des systèmes de cloud, il permet de partager des fichiers avec d’autres personnes en se partageant un disque virtuel distant (l’offre gratuite est de 5 Go).
  7. Prezi : son classement 2010 était 13ème, la progression est due à l’alternative apportée au (trop) traditionnel power-point. C’est pour moi un superbe outil de « story telling » qui emporte l’auditoire en synchronisant effet visuel et points forts du discours.
  8. Moodle : c’est une proposition de LMS (Learning Management System) gratuit qui renforce la présence de cet outil dans des administrations et dans l’éducation.
  9. Slideshare : utiliser ce site web pour partager avec le plus grand nombre une présentation power-point qui pourra recevoir des commentaires.
  10. (Edu)Glogster : cet outil est très connu dans le monde éducatif anglo-saxon, il permet une « expression création des compétences et connaissances » au travers de poster multimédia online.
  11. Wikipedia : on ne présente plus cette encyclopédie collaborative gratuite, le temps de la polémique sur les nombreuses erreurs de wikipedia est révolue : c’est désormais un outil de référence à utiliser en formation.
  12. Blogger : c’est la même finalité que WordPress mais dans le monde Google.
  13. Diigo : cet outil a pour ambition de mettre en avant des pages web que vous trouvez et en les partageant avec d’autres utilisateurs : c’est l’annotation sociale.
  14. Facebook : c’est le site web social par excellence, nous l’avons utilisé par exemple pour garder le contact au sein d’une promo dispersée dans le monde après une formation à Paris.
  15. Google search : outil de recherche le plus populaire du web.
  16. Google reader : la lecture des flux RSS est son domaine, vous construisez ainsi un mur avec tous vos flux d’informations (exemple : veille thématique).
  17. Evernote : que vous l’utilisiez sur ordi, smartphone ou tablettes ; l’objectif est de capturer/écrire une information puis de la rendre accessible à tout instant.
  18. Jing : outil de « screencastin g » ou de captures d’écrans pour un partage rapide avec un groupe.
  19. Power-point : ce logiciel de microsoft est devenu une extension de l’être humain en entreprise, du formateur en stage … bien utilisé, il renforce la pédagogie.
  20. Gmail : cet outil mail est un vrai « 4×4 », c’est une solution robuste qui permet par exemple d’avoir ses messages sur une tablette en formation.                                                                           Source: http://www.formation-professionnelle.fr

Les nouveaux enjeux de la connaissance des sources pour les professionnels de l’information

Les nouveaux enjeux de la connaissance des sources pour les professionnels de l'information dans Outils & Sources Diamor Rappel de la définition des sources, en documentation :

Tout d’abord, qu’entend-on par source d’information, dans le champ de l’information-documentation ?
Il faut relever l’acception classique et très large de la notion de source d’information :

> tous ceux qui produisent et diffusent de l’information….

Au sens large, une source se définit ainsi par sa fonction particulière :
celle d’émetteur, de producteur, de détenteur, de diffuseur d’information.
La notion de source renvoie ainsi, dans la recherche d’information, à deux réalités, à deux questions :
- QUI produit telle ou telle information ? Avec la notion de producteur, l’on retrouve toute l’importance cruciale de l’auteur, de la référence d’un document, de l’origine d’une information, de la difficulté à identifier une source, etc. Identifier les sources revient ici à identifier les acteurs, les producteurs… d’information.
- OU trouver cette information ? La notion de diffuseur, souvent assimilée à celle de source, renvoie ici aux organismes, aux lieux de diffusion de l’information (presse, médias, bibliothèques, centres documentaires, maisons d’éditions, entreprises… : la liste est infinie). Avec cette question du « Où ? », la notion de source se confond souvent avec celle de lieu d’information ou, sur Internet, avec celle « d’espace informationnel« . Identifier les sources revient désormais à repérer, à recenser, à cartographier… les différents espaces d’information électronique. Mais aussi les documents ou les ensembles documentaires précis, fournissant l’information recherchée : tel document particulier, tel site web, telle banque de données, etc. peuvent être considérés comme des sources d’information.

On le voit : la notion de source est particulièrement large et difficile à définir de manière univoque et précise. Elle est très proche des autres notions-clés de la documentation, dont il n’est pas toujours facile de la distinguer : celle de document, de support et d’outil d’information.

Diamor dans Outils & Sources Rappel sur la place traditionnelle des sources, dans la recherche et la « chaîne » documentaire :

Traditionnellement (i.e. « avant Internet » !), dans les bibliothèques et centres documentaires, la connaissance des sources était importante selon deux axes :
- pour les acquisitions de documents (livres, périodiques…) : ce qui s’appelait dans le jargon professionnel d’alors « la recherche en amont« , c.a.d. « en amont » de la bibliothèque, du centre de documentation, appréhendé alors comme un espace fermé ; bien entendu, cette nécessaire connaissance des sources extérieures, pour les acquisitions, est toujours aussi importante aujourd’hui ;
- pour la recherche documentaire et l’orientation des usagers : la recherche documentaire se limitant alors, presque exclusivement, aux rayons de la bibliothèque (recherche dite « en aval« , toujours selon le jargon professionnel), les bibliothécaires et documentalistes indiquaient aux usagers les sources extérieures surtout en cas de recherches infructueuses dans la bibliothèque ; il s’agissait alors d’orienter le lecteur, l’usager, vers d’autres sources d’information pertinentes, susceptibles de répondre à ses demandes.
En bref, selon le schéma documentaire classique :

fleche les sources d’information étaient considérées comme des moyens de la recherche documentaire parmi d’autres et concernaient surtout les sources extérieures à la bibliothèque, au centre de documentation fleche le repérage des sources était une tâche parmi d’autres pour les professionnels

Diamor Quelles mutations avec Internet ?

Ce schéma documentaire traditionnel, dominant jusqu’aux années 90, a volé en éclat avec l’essor et l’explosion d’Internet et la question des sources, d’une manière générale, se pose aujourd’hui avec une particulière acuité, pour les usagers comme pour les professionnels de l’information. Pensons notamment aux problèmes de l’identification et de l’évaluation de l’information (1).
Mais la question n’est abordée ici que sous le seul angle des professionnels de l’information : pourquoi la connaissance des sources devient-elle d’une importance cruciale aujourd’hui, pour les professionnels de l’information ? Parce que les mutations d’Internet ont, sur ce point, deux grandes conséquences pour les professionnels de l’information :

fleche Les sources d’information deviennent de plus en plus l’objet principal de la documentation électronique fleche La connaissance et la sélection des sources sont devenues une activité essentielle des documentalistes et bibliothécaires

Au moins quatre exemples peuvent être donnés de cette évolution de la documentation vers le traitement des sources d’information :

    • dans l’aide à la recherche de l’information :
      La connaissance des sources d’information est l’un des problèmes majeurs aujourd’hui, avec l’explosion documentaire et informationnelle sur Internet : cf l’enjeu du repérage et de l’identification de sources fiables, pertinentes et de qualité dans n’importe quel domaine du savoir :

fleche la connaissance des sources est ainsi devenue un enjeu essentiel de la recherche et surtout de l’évaluation de l’information, pour tous, usagers comme professionnels :
Identification, localisation, connaissance, évaluation, analyse, critique des sources… : ces tâches et ces compétences sont aussi importantes que la maîtrise des outils et des méthodologies de recherche. Et les professionnels de l’information ont un rôle-clé de guide, de médiateur, de légitimation en amont des sources sur Internet.

  • dans les centres d’orientation, d’information, les services de questions-réponses, etc :
    la principale activité de ces professionnels a toujours été l’orientation dans des sources innombrables, directement accessibles par les usagers. Il s’agit ici d’un
    exemple déjà ancien où la gestion des flux d’informations l’emporte sur celle des stocks.

fleche ici, la connaissance et l’orientation des sources constituent les finalités, les objectifs du centre d’information…

  • dans les activités de veille informationnelle :
    dans les centres de veille stratégique, dans la documentation d’entreprise…, les documentalistes ont une fonction de repérage, d’analyse, d’orientation… des sources d’information, dans un domaine, un secteur d’activité.

flecheles sources sont le support de l’activité d’analyse de l’information

  • dans les nouvelles activités documentaires : les « cyber-documentalistes » ou « cyberthécaires » :
    qu’il s’agisse des annuaires thématiques faisant appel à des professionnels de l’information (comme Nomade à ses débuts, Invisible Web, etc), ou bien de certaines sélections de ressources faites par des bibliothécaires (Signets de la BNF, RIME, etc.), les tâches de repérage, d’identification, d’analyse, d’évaluation, de classification des sites Web… sont devenues le quotidien de ces professionnels :

fleche les sources deviennent ici l’objet même, le matériau de ces nouveaux « services documentaires », dématérialisés

 

fldroit En bref, l’un des changements majeurs induits par lnternet pour les professionnels de l’information est sans doute ce double déplacement de la fonction documentaire, vers l’amont et l’aval du cycle documentaire :
- « en amont » : vers la sélection, la description, l’analyse… de sources fiables, pour faciliter et surtout « garantir », au plan de la fiabilité, les recherches des usagers, notamment des élèves et des étudiants, désormais autonomes dans leurs recherches ;
- « en aval » : vers la formation des usagers à la maîtrise de l’information (méthodologie de la recherche d’information, connaissance des outils et surtout évaluation de l’information).

Certes, les autres tâches documentaires, qu’il s’agisse du traitement documentaire (description bibliographique, indexation…), de la conservation ou de la diffusion, n’ont pas disparu et ne disparaîtront pas, notamment dans les bibliothèques de lecture publique et/ou de recherche. Mais on peut néanmoins voir une tendance lourde, dans l’histoire de la bibliothéconomie et des techniques documentaires, avec cette montée en puissance des tâches de repérage et de description de sources d’information extérieures.

Diamor Importance de la connaissance des sources propres au champ de l’information-documentation :

- pour les professionnels de l’information
- pour les enseignants, formateurs, chercheurs en Sciences de l’information-documentation

- pour les étudiants, les stagiaires des formations initiales

Plusieurs enjeux :

- la connaissance des acteurs, des organisations du domaine
- l’information professionnelle : outils, marché de l’emploi, évolutions des métiers, thématiques diverses…

- la formation professionnelle permanente

- l’information pédagogique : formations initiales

- la participation aux débats du champ

- le suivi des problématiques

- les activités de recherche

- …

 back_up


Quelques aspects de l’offre informationnelle
et du repérage des sources en Information-Documentation
sur Internet

A/ Ancienneté de la présence du champ de l’Info-Doc sur Internet :

    • Liens historiques entre Internet et la documentation et les bibliothèques :


les bibliothèques ont été, dès l’origine, des utilisateurs privilégiés d’Internet : cf la mise en consultation, assez ancienne, des catalogues de bibliothèques par Telnet, etc.
B/ Quels changements récents, depuis « l’explosion » d’Internet ?

    • démultiplication de l’offre informationnelle :
      • le nombre de sites web en Information-Documentation
      • la présence sur le web de (presque) tous les acteurs et entités du domaine
      • l’essor des sources, outils, ressources purement électroniques : bibliothèques virtuelles, revues électroniques, outils…


    • accessibilité généralisée aux sources d’information


> même phénomène que pour tous les autres domaines

    • diversification et enrichissement :
      • des sources et des ressources
      • des acteurs : organisations, associations, individus…
      • des médiations : listes de diffusion, forums…
      • des outils de recherche : portails, moteurs…


  • explosion de l’information sur les sources :
    • voir nombre de listes de liens, de sites-ressources, d’outils…
    • problèmes de « l’abondance informationnelle », du repérage de l’information, des outils de recherche…

C/ Quelles conséquences, quels effets, quelles potentialités ?

    • Essor du travail coopératif, du travail en réseau :


      • Internet comme outil de travail coopératif dans la sélection et le répérage des sources:
        • cf l’expérience de SiteBib, FORMIST…
        • les groupes de veille : Urfist, RIME…
        • les listes de diffusion, forums, les blogs…
        • les réseaux documentaires, les catalogues collectifs… : SUDOC, Britalis en Bretagne…


next_on profondes transformations du métier, des pratiques professionnelles, des compétences… ; primat du collectif, du travail en équipe et en réseaux…

    • Mise en visibilité générale des acteurs et réseaux du champ de l’Info-Doc :


      • connaissance beaucoup plus fine des composants du champ de l’Info-Doc, des forces et faiblesses…
        • exemples des annuaires de chercheurs, de formateurs, de laboratoires…


      • liens documentaires, ressources hypertextuelles comme matérialisation de réseaux d’acteurs et de réseaux socio-techniques :
        • exemple de l’expérience de SiteBib


    • Effet « boule de neige », accélération dans la recherche, la formation, le développement des projets… en Information-Documentation :


      • phénomène de synergie, de catalyse, permis par Internet, en Info-Doc comme dans d’autres champs scientifiques ou professionnels
        • exemple de FORMIST
        • accès aux travaux de recherche, aux publications, aux thèses… : exemple d’@rchiveSIC


    • Une potentialité : l’affinement de la connaissance et de la représentation des sources :

next_on On peut noter le « paradoxe de l’observateur » dans le champ de l’Information-Documentation : il existe généralement une meilleure connaissance des autres que de soi-même ; on peut relever par exemple :

      • un repérage et une veille permanente sur les autres disciplines et champs professionnels très développés : cf l’exemple de RIME, de MENESTREL, des guides de recherche (comme SAPRISTI, etc)…


    • le constat du petit nombre d’outils ou de guides spécialisés en Information-Documentation
    • le repérage et la sélection des sources sont encore assurés de manière assez classique et linéaire : accumulation, classement et présentation des adresses de ressources, avec des niveaux variables de complexité, d’enrichissement des sélections…
    • pas encore ou très peu d’utilisation des outils scientométriques ou de cartographie de l’information pour l’analyse des sources en InfoDoc


NOTES (1) Sur l’évaluation de l’information, voir cet autre support de formation de l’URFIST : Evaluation de la qualité de l’information sur Internet

Source: http://www.sites.univ-rennes2.fr/urfist/Supports/RessourcesInfoDoc/Ressources_Introduction.htm.

Quelques fondamentaux de la recherche sur des sites web: évaluer sa source d’information

Internet est une source incontournable de la recherche de l’information, parmi tant d’autres ( nous y reviendrons). Cependant, dans cet univers, on y trouve des informations bonnes, justes, authentiques et aussi dangereuses, non vérifiées, fausses. C’est fort de cela, qu’il faut toujours évaluer sa source d’information.

Interrogez vous donc sur le contenu:

- L’information a t-elle été mise à jour? Quels sont l’intérêt du site, son but, sa cible?

- Son information est-elle originale, justifiée, répondant à une démarche scientifique? Il est important de retenir que les travaux ayant trop de fautes sont peu fiables, par rapport à ceux ayant moins de fautes. Les documents au format pdf sont plus fiables que ceux au format word. Wikipédia, puisqu’il est interactif, est peu fiable…

Interrogez vous par ailleurs sur l’auteur ou les auteurs du site

- Qui est l’auteur, son domaine de compétence, sa notoriété, y a t-il des éléments permettant de l’identifier?

- De même la collectivité, l’organisme ou l’institution est elle connue?

Mentionnez toujours vos références bibliographiques, suivant des normes  et faites l’effort de croiser les informations, multipliez les sources d’information. Saviez vous que la plupart ou tous les sites ne sont pas neutres? Ils véhiculent toujours une idéologie qu’il faut connaître pour utiliser et comprendre  au mieux leurs informations.

Arnaud Noël FOSSO
A bientôt…

123456

cassandr26 |
bachconseil |
Fan des sims 2 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Espace des Technologies de ...
| cookone
| BUILDING CONCEPT